Accueil Société Un an après l’assassinat du fils d’ABC aux États-Unis, des Sénégalais réclament

Un an après l’assassinat du fils d’ABC aux États-Unis, des Sénégalais réclament

513
0
PARTAGER
A. néné Cissé
A. néné Cissé

16 octobre 2019 – 16 octobre 2020, voilà un an déjà que nous quittait notre cher frère, ami et compatriote Abdoulaye Néné Cissé, fils de Maître Alioune Badara Cissé  Médiateur de la République du Sénégal.

Dans un élan solidaire, toutes les forces vives de la nation se sont mobilisées comme un seul homme aux côtés de Maître Cissé et de sa famille pour leur apporter soutien, assistance et réconfort moral.

La disparition tragique de Abdoulaye Néné aux Etats Unis d’Amérique suite à une intervention courageuse de sa part pour sauver un citoyen américain, victime d’un cambriolage, a suscité émoi et consternation chez le peuple sénégalais et partout à travers le monde où l’on continue de regretter la haute criminalité qui sévit au pays de l’oncle Sam dont la plupart des victimes restent nos congénères noirs, en proie au racisme, souvent assassinés froidement, comme ce fut le cas récemment aussi pour Georges Floyd à la mémoire duquel nous nous inclinons également.

Abdoulaye tu nous as quitté, mais sache que ta mémoire reste toujours vivante et vivace parmi nous, auprès de ta famille et de tes amis qui, à chaque veille du 18 Safar ou le grand Magal de Touba, commémorent dans la ferveur ton retour à Dieu.

Toutefois, nous réclamons toujours JUSTICE, et prions le Tout Puissant de te réserver une place de choix au paradis firdaws où tu reposes éternellement en paix

Que ta mort ne soit pas vaine ! Tu es mort en martyr dans une cause noble pour la liberté, la quiétude et la tranquillité de l’humanité. C’est bien cela le sens de ton engagement dans les rangs de l’armée américaine où tu n’as cessé de briller et d’avoir toujours été parmi les meilleurs comme l’ont témoigné tes chefs et autres frères d’armes.

Tu as laissé derrière toi une famille unie, soudée, serviable et pieuse, profondément imbue de valeurs d’humanisme, partageant avec tout le pays la fierté de ton si riche passage sur terre.

Certes tu es parti très jeune, mais comme l’a si bien dit Corneille : « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années ».

Repose en paix jeune frère !

Abdoulaye Teuw, Enseignant et Responsable politique à Saint-Louis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici