Accueil Actualité Economie «Tous les pays qui se respectent ont une politique de patriotisme économique»

«Tous les pays qui se respectent ont une politique de patriotisme économique»

411
0
PARTAGER
Abdourahmane Diouf
Abdourahmane Diouf

Pour le directeur exécutif du Club des Investisseurs du Sénégal (Cis) Dr Abdourahmane Diouf, l’ouverture à la concurrence doit se faire de manière graduelle.

Pour le directeur exécutif du Club des Investisseurs du Sénégal (Cis) Dr Abdourahmane Diouf, l’ouverture à la concurrence doit se faire de manière graduelle. Il estime d’ailleurs que tous les pays qui se respectent ont une politique de patriotisme économique. Abdourahmane Diouf s’exprimait hier lors d’un forum d’échange d’informations entre les pays ACP et l’union Européenne (UE).

Entre la mise en œuvre de la Zone de libres échanges continentaux (Zlecaf), la concurrence avec les entreprises européennes, le secteur privé national appelle à la prudence. Pour le directeur exécutif du Club des Investisseurs du Sénégal (Cis) Dr Abdourahmane Diouf, l’ouverture à la concurrence doit être graduelle. «Quand on est dans le même marché avec la Cote d’Ivoire et le Mali où nous avons un tarif extérieur commun, la concurrence doit pouvoir se faire. Et nous devons nous ajuster pour gagner des parts de marchés vis-à-vis de ces concurrents régionaux», indique Dr Diouf.

En revanche, prévient-t-il, quand il s’agit de l’Europe ou d’autres pays qui sont beaucoup plus développés, notre secteur privé doit avoir un traitement spécial et différencié. Il considère que le secteur privé n’a pas peur de la compétition, mais il doit grandir progressivement pour avoir les moyens de sa politique. En bon défenseur des entrepreneurs sénégalais, Abdourahmane Diouf a soutenu que tous les pays du monde qui se respectent ont une politique de patriotisme économique, une politique de préférence nationale. «Pas dans le sens négatif du terme, mais une politique de protection des industries et de l’artisanat qui nous permet de nous ajuster et de grandir», tempère l’ancien porte-parole de Rewmi.

Pour lui, cette politique doit être appuyée par l’Etat. «Car, une PME qui a 20 salariés et qui est en face d’une multinationale européenne n’a aucune chance de gagner», tranche-t-il en invitant par ailleurs l’Etat à avoir la subtilité de nous protéger et de nous aider. D’autant que pour lui, l’Etat est arrivé à une époque où il a fait beaucoup de financements avec de l’argent public. «Il commence à atteindre son seuil. Et de façon objective, il commence à comprendre que c’est le secteur privé qui doit être son interlocuteur pour réaliser les grands projets de l’Etat.» C’est à l’Etat du Sénégal de comprendre qu’il doit faire face à son secteur privé en lui donnant des parts de marchés, non pas en terme de connivence mais parce que le secteur privé est capable de faire sortir de terre un certain nombre de ses chantiers» déclare Diouf.

Une plaidoirie manifestement bien attendue par le ministre de l’Economie et du Plan, Amadou Hott qui estime que le gouvernement du Sénégal travaille à mettre en place les dispositifs adéquats pour l’implication accrue du secteur privée dans la dynamique d’émergence. «Ainsi pour les cinq prochaines années, l’Etat entend renforcer le dispositif d’appui technique et financier au secteur privé national lui permettant d’accéder aux services financiers adaptés en vue de participer à la création de richesse et d’emplois», promet le ministre.

Toutefois dans ce contexte d’ouverture des frontières avec la Zlecaf, il invite le secteur privé à améliorer sa performance, sa productivité et sa compétitivité pour faire face à une concurrence accrue. La cheffe de l’UE au Sénégal, Irène Mingasson, a rappelé pour sa part que le Plan d’Investissement Extérieur de l’Union Européenne a affecté à l’Afrique pour la période 2017-2020 plus de 5 milliards d’euros. (L’AS)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here