Sénégal : la deuxième vie des vêtements donnés

Sénégal : la deuxième vie des vêtements donnés

69
1
PARTAGER
Friperie
Friperie

C’est un business lucratif : celui des vêtements recyclés. Ces fripes alimentent toute une économie parallèle comme au Sénégal.

Vous ne le savez pas mais les vêtements usagers que vous avez récemment donnés ont peut-être atterri ici. Sur ce marché à Dakar, au Sénégal, on ne vend que des fripes, souvent récupérés en France. A un euro le vêtement pour enfant, le prix est imbattable et peu importe si ces vêtements ont déjà été portés par d’autres. La friperie représente un quart des vêtements vendus en Afrique.

Deux conteneurs de vêtements usagers par semaine

Et c’est ici qu’ils commencent leur deuxième vie au Sénégal, au port de Dakar. Au milieu des porte-conteneurs, les vêtements recyclés récupérés en France sont une marchandise parmi tant d’autres. Cet homme réceptionne deux conteneurs de vêtements usagers par semaine, des dons de particuliers en France. L’idée n’est pas de faire des bénéfices mais de créer de l’activité. La filière créé des dizaines de milliers d’emplois au Sénégal et les consommateurs y trouvent leurs comptes.

Par francetvinfo.fr

1 COMMENTAIRES

  1. J’ai bien vu ce reportage sur les dons de vêtements pour l’Afrique à la télévision française et l’escroquerie qui s’en suit !
    Le problème, c’est que les généreux donateurs européens donnent GRATUITEMENT ces vêtements aux associations pour qu’ils soient redonnés GRATUITEMENT aux nécessiteux africains.
    Avec ce reportage, nous comprenons très vite que les associations et des organismes pseudo-humanitaires revendent les vêtements et qu’ils font du fric sur le dos de la misère des africains et de la générosité européenne et internationale.
    Ce reportage a mis en colère beaucoup d’entre nous !
    çà nous rappelle Monsieur Crozemarie, le président de la Ligue contre le cancer qui s’est servi de l’argent des généreux donateurs contre le cancer, pour se construire sa villa sur les coteaux à Nice et il a fini en prison.
    C’est le même principe, avec de telles méthodes de faire de l’argent sur la misère du Monde , je pense que les dons de vêtements vont très vite se tarir et que toutes ses associations corruptives devront mettre la clé sous la porte.
    Quand on triche, on le paie, un jour ou l’autre !
    Les faux mendiants et les pourris , çà suffit !

Laisser une réponse