Accueil Société REVUE DE PRESSE DU JEUDI 28 AVRIL 2016 (Par Ndiaga Diouf):

REVUE DE PRESSE DU JEUDI 28 AVRIL 2016 (Par Ndiaga Diouf):

235
0
PARTAGER

Ferloo.com – La fin des travaux de l’Aéroport International Blaise Diagne est prévue dans 8 mois. L’information est dans presque tous les journaux et à la UNE du SOLEIL. Le journal rappelle que « démarré en décembre 2007, l’aéroport a connu un énorme retard dans la livraison ». Hier le ministre du Tourisme et des Transports Aériens et les représentants de deux sociétés turques Summa et Limak ont signé, hier, deux conventions relatives à la finalisation des travaux de construction et à la concession de l’exploitation de l’aéroport. Dans les détails, on retient avec le SOLEIL que la convention de concession est prévue pour 25 ans d’exploitation, elle prévoit une part de 34% dans le capital de la société qui sera cédée à l’Etat et à ses entités, une rétrocession de 20% des revenus bruts en plus de l’assistance technique et de la reprise de l’ensemble des travailleurs de l’Agence des Aéroports du Sénégal (ADS). Relativement à cette agence, LIBERATION avance qu’elle a été totalement exclue de la cérémonie, pour ne pas dire de tout le processus. Selon le journal, des travailleurs de la boîte ont assailli le Directeur général pour lui demander des éclairages mais ce dernier était incapable de leur fournir la plus petite explication.

Restons dans le secteur pour parler avec le TEMOIN des 262 ex-agents d’Air Afrique qui sont dans une précarité extrême depuis le dépôt de bilan de cette compagnie africaine, il y a 14 ans. En prélude au 1er mai, un ancien cadre d’Air Afrique, Papa Massar Ndoye pense qu’il est temps de passer à l’action pour se faire entendre.

On reparle de l’aéroport de Dakar mais surtout du foncier autour du site. Selon le QUOTIDIEN, c’est le titre foncier 4407/Dg, situé autour de l’aéroport qui provoque des remous à Ouakam. Désaffecté par un décret, il devait servir de lotissement administratif, en vue du recasement des parcelles impactées par les servitudes aéronautiques dans les zones industrielles et commerciales de l’aéroport. A l’arrivée, ce sont de hauts fonctionnaires, des ministres et des privés qui se sont partagé l’espace. C’est cela qui révulse les jeunes de ces villages.

Autre zone, autre problème. A la UNE du POP, on apprend que pour des travaux d’aménagement à Sacré Cœur 1, Barthélémy Dias débarque et fait arrêter les chantiers du ministre Diène Farba Sarr. C’est d’abord une réponse au ministre qui a fait arrêter les travaux de la mairie au niveau de « la boulangerie jaune », ensuite pour exiger du ministre le respect d’un accord préalable pour ses propres travaux : la fermeture d’un canal devenu dépotoir d’ordures.

En politique, la TRIBUNE informe qu’Aliou Sow défie le Pds qui ne le veut pas comme remplacement de Me Ousmane Ngom à l’Assemblée nationale. A la UNE de SUDQUOTIDIEN, on parle de la même chose, « Aliou Sow refuse de céder à la menace voilée ». Dans ce même journal, Ndiogou Sarr, Docteur en Droit, soutient que « le Pds a le droit de demander à l’Assemblée nationale de destituer le remplaçant ».

On reste avec les élus pour parler des cumuls. DIRECT INFO se pose une question : Macky ira-t-il jusqu’au bout ? La réponse est dans le TEMOIN, « après Aïda Mbodji, Abdoulaye Diouf Sarr vire encore des cumulards ». Il s’agit des présidents des conseils départementaux de Ranérou et Salémata, la vice-présidente de Podor et les conseillers Daouda Dia, Ibrahima Baba Sall, Mamadou Cissé et Inthy Boireau.

A la UNE de l’AS, on retrouve Abdou Helinkine Diatta. Le porte-parole du MFDC soutient qu’avec le blocus au niveau de nos frontières avec la Gambie, « en Casamance, les populations commencent à payer les pots cassés. Les prix des denrées de consommation ont connu une hausse vertigineuse ». Sur les relations entre la rébellion et Yaya Jammeh, Abdou Helinkine Diatta avance que Banjul n’a jamais envoyé des mallettes d’argent dans le maquis et Jammeh a emprisonné des rebelles qui sont entrés illégalement dans son territoire.

A la UNE de WALFQUOTIDIEN, on informe que sept cent mille sénégalais courent derrière leur carte d’identité nationale. Le journal rapporte ainsi les propos d’Omar Faye du mouvement « Leral Askan wi ». Pour Faye, « pour la première fois, le Sénégal obtient un budget de 3 000 milliards et ce même Etat est paradoxalement incapable de fabriquer des cartes d’identité pour ses citoyens ».

A la UNE du journal ENQUETE, on vous présente le syndicaliste Mamadou Lamine Dianté, « l’épine dans le pied de l’Etat ». Selon le journal, « le coordonnateur du Grand cadre est un syndicaliste dans l’âme, doté d’un leadership avéré et véritable adepte de la confrontation, ce fils de maître coranique est peint comme un extrémiste qui manque d’ouverture et d’humilité ».

Si des syndicalistes peuvent-être fiers de leur camarade Dianté, des étudiants de l’Ucad ne peuvent pas l’être envers des camarades. Ils sont quatre, ils avaient transformé leur chambre en bar clandestin et y vendaient de la drogue. Ils sont arrêtés par la brigade mobile de sécurité de l’Ucad. L’info dans la TRIBUNE.

Terminons avec l’OBS qui met à sa UNE Yekini avec ce titre, « Questions autour d’un retour : Yekini, un champion en embuscade ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici