Accueil Actualité Contributions Restons pédagogues (Par Alassane MBENGUE, Inspecteur de l’enseignement moyen et secondaire à...

Restons pédagogues (Par Alassane MBENGUE, Inspecteur de l’enseignement moyen et secondaire à la retraite)

318
0
PARTAGER
Alou Mbengue
Alou Mbengue

Je comprends les différentes émotions exprimées par mes collègues enseignants et par des non enseignants après cet article de mon ex camarade au PAI –Sénégal devenu Parti de l’Indépendance et du Travail (PIT) en août 1981 et dans l’Union de la Jeunesse démocratique Alboury NDIAYE (UJDAN). Si je fais ce rappel politique anecdotique c’est parce que ce Parti a été reconnu comme la meilleure Ecole politique du Sénégal et combien nous avons été aux valeurs et au respect du Travail et des travailleurs où l’expression « parti des masses laborieuses, des travailleurs des villes et des campagnes » revenait dans tous nos écrits. Une raison supplémentaire de ne pas comprendre le sens de son papier parce qu’il démontre lui-même que « Dans la fonction publique de ce pays, grosso modo, les enseignants constituent le plus gros bataillon »

C’est pourquoi, je demanderai à mes collègues enseignants de montrer que ce qui nous différentie des communicateurs et des communicants, c’est NOTRE PEDAGOGIE. Ainsi retournons son texte à Notre Faveur, en guise de réponse. 

” Les enseignants, ou le bataillon de l’Espoir !

Encore une fois, les enseignants ne lésineront sur aucun moyen reprendre le travail. Dans la fonction publique de ce pays, grosso modo, les enseignants constituent le plus gros bataillon suivi par celui des forces armées puis les personnels de santé. Déjà, ces deux derniers bataillons sont sur le front ! Celui des personnels de la santé, surtout, est courageusement en première ligne contre la maladie et lui paye déjà un lourd tribut. Policiers, gendarmes et militaires sont également sur le terrain, nuit et jour, veillant à faire appliquer les mesures restrictives prises dans le cadre du couvre-feu sanitaire. Malgré les risques sanitaires encourus. (…) Jules de FERRY disait que dans chaque village de France, à côté du Curé, devait se trouver un Instituteur pour faire passer le message de la république[1]. C’est pourquoi, en ces temps de guerre contre la pandémie, nos Enseignants, eux, ont aussi regagné le front.

Contestataires et grévistes en diable, ils rivalisent d’ardeur voire de zèle pour retourner en classe. Comme les personnels de santé et notamment les teigneux syndicalistes de <<And gueusseum>> qui, bien que très revendicatifs, Le G7 et le G20 ont accepté de mettre en berne toutes leurs doléances pour combattre la pandémie. Voilà des forces sociales qui, avec nos braves forces de sécurité, méritent bien leurs salaires et plus encore de la nation.
Oui,  nos hardis Enseignants ne veulent plus bien continuer à être payés tout en restant confinés pour ne pas dire terrés chez eux. Ils ont décidé de mettre fin à tout cela pour aller au front, .”
Avec eux, l’Espoir est au rendez-vous…

Alassane MBENGUE, Inspecteur de l’enseignement moyen et secondaire à la retraite, Mbour  78 487 36 48 –alassaneembeng@yahoo.fr

Merci Mamadou Oumar NDIAYE, Directeur de publication le “Témoin”, paru Mercredi 19/05/2020.

[1] Ce passage était dit dans le contexte de la laïcisation (promotion de l’Ecole publique contre la tutelle de l’Eglise)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here