Home International Afrique RDC : l’Eglise souffle à Joseph Kabila le nom du nouveau Président...

RDC : l’Eglise souffle à Joseph Kabila le nom du nouveau Président et met en garde

237
0
SHARE
Eglise RDC
Eglise RDC

En République Démocratique du Congo, les évêques, qui ont soufflé à Joseph Kabila le nom du nouveau Président, ont demandé au chef de l’Etat de faire preuve de sagesse pour que la vérité des urnes soit respectée.

Le journal Le Congo Libéré, dans son édition de ce vendredi 4 janvier 2019, a fait fuiter les détails de la rencontre entre Joseph Kabila et les Evêques, qui ont tenu à donner la primeur de l’identité du vainqueur de l’élection présidentielle au Président sortant de la République Démocratique du Congo. L’Eglise, souligne le site, dispose à ce stade de plus de 60% des PV des quelque 75 000 bureaux de vote répartis dans le pays, et l’écart en faveur du candidat arrivé en tête est si conséquent que ce dernier ne peut plus désormais être rejoint.

L’Eglise catholique congolaise, qui a déployé 40 000 observateurs, a dénoncé les « irrégularités relevées » par ses observateurs. « Les données en notre possession, issues des procès-verbaux de vote, consacrent le choix d’un candidat comme président de la République », a déclaré l’abbé Donatien Nsholé, secrétaire général de la CENCO, mettant en garde que « la CENI est appelée à publier, en toute responsabilité, les résultats des élections dans le respect de la vérité ».

Pour sa part, Me Jacquemain Shabani, chef de la centrale électorale de l’UDPS du candidat Félix Tshisekedi, qui s’est rendu dans l’un des centres locaux de compilation des résultats (CLCR) de la capitale, ce vendredi 4 janvier 2019, au soir, assure que ses témoins ont empêché une tentative d’introduire 14 machines, PV et bulletins qui pour lui proviennent sans doute d’un bureau clandestin de vote. Alors que la CENI rappelle aux partis d’envoyer par un simple courrier les noms de témoins chargés d’assister à la phase de compilation, dans la mesure où il y avait plus d’un million de témoins pour moins de 180 CLCR.

Selon Le Congo Libéré, les évêques ont prévenu que si un candidat autre que celui arrivé en tête le jour du vote est déclaré vainqueur par la CENI, ils considéreront cette déclaration comme un coup d’Etat constitutionnel. Ils se réserveront alors le droit de contester, par les voies appropriées. Une vingtaine de mouvements citoyens et de personnalités de la société civile ont, selon RFI, lancé un appel à la CENI, à la CENCO (Conférence épiscopale nationale du Congo) et à la population, réclamant la vérité des urnes.

Alors que la mission des Nations-Unies en RDC (MONUSCO) et l’Union Européenne (UE) ont été tenues à l’écart du processus électoral, leurs propositions de soutien logistique et financier ont été refusées par les autorités congolaises, de même que leurs observateurs. Par contre, la SADC et l’UA ont été autorisées à déployer leurs 153 observateurs dans un pays plus grand que l’Europe occidentale. Parce que tout simplement écrit Le Monde, elles sont assez peu menaçantes pour la CENI et pour le régime de Kabila. Pour preuve, malgré les retards dans l’ouverture des bureaux de vote, ces missions d’observation électorale ont salué la bonne tenue des opérations.

Pour Dioncounda Traoré, chef de la mission d’observation de l’UA, ces élections se sont « globalement déroulées dans un climat apaisé et serein ». Son homologue de la SADC, Joseph Malanji, est d’avis que c’est « une première grande victoire du peuple congolais »puisque ces élections ont été « relativement bien gérées et le processus s’est relativement bien déroulé ». Les résultats partiels et les compte-rendus des dépouillements publics des bureaux de vote, largement photographiés et partagés sur les réseaux sociaux, avant que l’internet ne soit coupé en RDC, indiquent que le grand vainqueur du scrutin est Martin Fayulu. Les résultats sont attendus pour ce dimanche 6 janvier 2019. (afrik.com)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here