Accueil International Afrique Présidentielle en RDC: choc et colère après l’annonce d’un report partiel

Présidentielle en RDC: choc et colère après l’annonce d’un report partiel

2516
0
PARTAGER
Fahulu
Fahulu

En République démocratique du Congo, l’opposition politique, mais aussi l’Eglise catholique et le Comité laïc de coordination qui avait mené la fronde anti-Joseph Kabila, ont vivement critiqué le report des élections dans certaines zones du pays, qualifié de « manoeuvre » « injustifiable ».

La crise autour de la présidentielle en République démocratique du Congo (RDC) déjà trois fois reportée a pris une nouvelle tournure ce 26 décembre après l’annonce d’un nouveau report, partiel cette fois, des élections dans deux régions du pays.

Dans les villes de Beni et Butembo au Nord-Kivu mais aussi dans le territoire de Yumbi dans la province du Maï Ndombé, les élections qui devaient se tenir ce 30 décembre sont reportées au mois de mars. Les électeurs de ces régions, soit 1,25 million de Congolais, seront privés du droit d’élire le nouveau président, vu que les résultats définitifs de la présidentielle seront annoncés mi-janvier.

L’opposition a qualifié d’« injustifiable » ce report partiel qui vise, selon elle, ses bastions anti-Kabila. « Cette nouvelle manoeuvre montre que le régime veut s’éterniser pour continuer le pillage », a réagi sur Twitter l’opposant en exil Moïse Katumbi, qui soutient la candidature de Martin Fayulu. (RFI)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here