Accueil Actualité Société Pour Achille Mbembe, l’humanité est entrée dans l’ère du « brutalisme »

Pour Achille Mbembe, l’humanité est entrée dans l’ère du « brutalisme »

1011
0
PARTAGER

A l’occasion de son dernier livre, le grand intellectuel camerounais nous parle de la vie intellectuelle en France, mais aussi de l’Afrique, des migrants. Et de son nouveau concept, le « brutalisme ».

Achille Mbembe est un penseur mondial. Pour une fois le cliché convient, tant son travail – aux confins de l’histoire, de l’anthropologie et de la philosophie politique – englobe à la fois toute la planète et une grande part des problèmes qui s’y posent.

Au commencement, il y a l’Afrique, où Achille Mbembe est né (au Cameroun, en 1957), où il a étudié, milité, voyagé, avant d’y enseigner ; il dirige aujourd’hui un institut de recherches au sein de l’université du Witwatersrand à Johannesburg. L’Afrique est aussi au cœur de ses réflexions. Il a examiné les résidus de son passé colonial et la manière dont elle pourrait s’en défaire, ses imaginaires politiques, les mutations à l’œuvre dans ses sociétés, la fonction de laboratoire qu’elle a toujours exercée dans l’histoire. C’est aussi en Afrique, à Dakar, qu’avec l’économiste et écrivain sénégalais Felwine Sarr il organise depuis 2016 des Ateliers de la pensée qui sont en passe de devenir un rendez-vous important de la vie intellectuelle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here