Accueil Politique Plainte du CRD : l’APR dénonce une volonté manifeste de tromper l’opinion

Plainte du CRD : l’APR dénonce une volonté manifeste de tromper l’opinion

769
0
PARTAGER
mackysall 37
mackysall 37

Dans un communiqué rendu public dans la presse aujourd’hui mercredi 27 août, le Congrès de la Renaissance Démocratique (C R.D) prétend porte à l’attention de l’opinion publique nationale et internationale sur le fait « que suite à sa plainte avec constitution de partie civile déposée auprès du premier cabinet d’instruction depuis le 22 Juillet 2019, le juge d’instruction ne s’est toujours pas conformé aux dispositions pertinentes de l’article 79 du CPC », lit-on dans un communiqué de l’APR reçu à Ferloo.

 » En vérité, souligne la direction de l’APR, le CRD tente par ce communiqué d’induire en erreur  l’opinion nationale et internationale en tentant de leur faire croire que le juge d’instruction ne se montre pas diligent conformément aux dispositions de la loi, en traitant correctement la plainte déposée par le sieur Abdou Mbaye. Il dénonce ainsi : « le refus de fixer la consignation comme l’y oblige l’article susvisé ».

Le CRD et ses conseils n’ignorent pas que cet article 79 du Code pénal, ci-dessus évoqué à l’appui de leurs prétentions, n’impartit aucun délai au juge d’instruction dont on tente de mettre en cause le manque de diligence pour fixer le montant de la consignation.

Le montant de cette consignation n’est fixé, selon la pratique depuis toujours observée devant les juridictions nationales, qu’après comparution volontaire de la partie civile, en l’espèce, Abdou Mbaye, pour confirmer sa plainte.

Si cette condition est satisfaite, le juge d’instruction est tenu de fixer le montant de la consignation dans un délai raisonnable. Si défaillance peut y en avoir à ce stade actuel de la procédure, elle ne peut résulter que du fait de cette même partie civile.

Au vu de tout cela, le communiqué publié est le produit d’une volonté manifeste de manipulation de l’opinion, en tentant laborieusement de discréditer auprès d’elle la justice, à travers une mise en cause du travail du doyen des juges d’instruction du premier cabinet du tribunal de grande instance de Dakar.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici