Accueil Actualité Politique Opposition, Société Civile, Syndicalistes : Macky seul contre tous

Opposition, Société Civile, Syndicalistes : Macky seul contre tous

454
0
PARTAGER
president macky sall 1 450x300
president macky sall 1 450x300

Le chef de l’Etat Macky Sall a convoqué la reprise du dialogue politique national et social le 28 mai prochain. Mais au-delà de l’opposition, Macky Sall pourrait être confronté à la radicalisation des centrales syndicales qui se disent déçues après la remise des cahiers de doléances.

Macky Sall a créé un malaise au sein des Centrales syndicales dites représentatives en réussissant à «dompter» certaines dont les leaders bénéficient aujourd’hui de nombreux avantages au sein des institutions sociales dont les voyages à l’étranger, les passeports diplomatiques, les voitures, carburant et les indemnités de sessions. Certains de ces acteurs sociaux sont nommés par décret présidentiel dans certaines institutions comme le Haut conseil du dialogue social et le Conseil économique, social et environnemental (Cese), l’Institut de prévoyance des retraités du Sénégal (Ipres) et la Caisse de sécurité sociale etc. Ce qui leur donne beaucoup d’avantages et les pousse à oublier les doléances des travailleurs qui aujourd’hui vivent la misère dans les entreprises avec la précarité, les statuts de journaliers à vie, la non applicabilité des conventions collectives du travail, leur silence assourdissant sur les éternels cahiers de doléances sans suite. Et récemment comme par effet de surprise ou de coup de poignard, Macky Sall en a rajouté au malaise en s’opposant à toute hausse de salaires oubliant même qu’il était garant des négociations tripartites de Mai 2008 entre Gouvernement, centrales syndicales et patronat avec 03 points essentiels dont une hausse généralisée des salaires, la baisse de la fiscalité sur les salaires et la relance des entreprises en difficultés. C’est pourquoi d’aucuns disent que Macky Sall a lancé une déclaration de guerre aux centrales syndicales lors de la remise des cahiers de doléances pour avoir parlé avec elles sur un ton ferme. Ainsi, on voit mal comment ces syndicalistes très remontés contre le chef de l’Etat pourraient être à l’aise dans ce dialogue social qui les concerne autant que les hommes politiques.

Pourtant il ne manque pas de problèmes dans le monde syndical. En effet, depuis quelques années, on note que dans certains secteurs comme le transport routier, des acteurs ne remettent plus de cahiers de doléances à leurs secrétaires généraux de centrales syndicales. C’est les cas d’Alassane Ndoye et de Gora Khouma qui depuis plus de trois ans ne remettent plus leurs cahiers de doléances à leurs secrétaires généraux de centrales syndicales que sont Mody Guiro et Cheikh Diop. Dans le domaine de l’éducation, les secrétaires généraux des syndicats de base se sont battus tout seuls pour obtenir satisfaction de leurs doléances. Pire encore, lors des dernières élections de représentativité des centrales syndicales, plus de 70 % des travailleurs n’ont pas voté.

De plus, le pacte de stabilité social signé entre Gouvernement et centrales syndicales n’a pas connu l’effet escompté avec les nombreuses perturbations enregistrées dans la santé, la justice et l’éducation. (Walf-groupe)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here