Accueil Actualité Politique Moustapha Diakhaté : «C’est dommage qu’après 59 ans d’indépendance,  le Sénégal a foulé...

Moustapha Diakhaté : «C’est dommage qu’après 59 ans d’indépendance,  le Sénégal a foulé aux pieds depuis 35 ans le calendrier des élections locales »

214
0
PARTAGER
moustapha diakhaté
moustapha diakhaté

Son limogeage de ses fonctions de ministre-conseiller, Moustapha Diakhaté ne perd pas son franc-parler. Il ne lâche pas du lest. Au contraire, il vient d’avoir sa liberté de ton et d’action. Le report des élections et prorogation des mandats territoriaux, lui donne une occasion de mettre dos à dos la classe politique de tout bord qui vient «de montrer le peu de respect qu’elle accorde au suffrage des Sénégalais ».

Les avis sont partagés au sujet du report des élections locales et la prorogation des mandats des conseillers municipaux et départementaux. L’ex ministre conseiller, Moustapha Diakhaté reste à équidistance de toutes les chapelles politiques. Dans un post, il estime qu’à travers «le report des élections territoriales, le dialogue politique accouche d’une violation du principe électif». Non sans s’en prendre à la classe politique majorité et opposition confondues pour son manque de respect au suffrage des Sénégalais. «La classe politique, de tout bord, vient encore une fois de montrer le peu de respect qu’elle accorde au suffrage des Sénégalais», s’insurge Moustapha Diakhaté.

D’après l’ex-ministre-conseiller, «en prorogeant les mandats locaux et en désignant par ricochet les Exécutifs municipaux et départementaux, les participants du dialogue politique violent allègrement le principe électif consubstantiel à la démocratie représentative». Ce qui le pousse à regretter du surplace à laquelle le Sénégal se trouve après 59 ans d’indépendance.

«C’est dommage qu’après 59 ans d’indépendance,  le Sénégal a foulé aux pieds depuis 35 ans le calendrier des élections locales et le principe électif qui sont pourtant consubstantiels à la démocratie représentative », fustige-t-il avant de prévenir qu’ «en démocratie locale il ne saurait y avoir de collectivités territoriales légitimes sans élection».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here