Accueil Actualité Economie Monnaie, banques, financement du développement, souveraineté monétaire… : Des économistes déconstruisent tout un...

Monnaie, banques, financement du développement, souveraineté monétaire… : Des économistes déconstruisent tout un système

713
0
PARTAGER
Elimane H Kane
Elimane H Kane

L’Organisation non gouvernementale Legs Africa a réuni ce samedi, autour d’un panel dont le thème est : «Monnaie, banques, financement du développement, et souveraineté démocratique : les enjeux des réformes du franc CFA», Makhily Gassama, ancien Ministre, ancien Ambassadeur de la République du Sénégal. Co-initiateur de la déclaration d’intellectuels d’Afrique et de la diaspora sur les reformes du fcfa et le projet ECO, Dr Demba Moussa Dembélé, économiste, Président ARCADE, membre du groupe des Etats généraux du CFA, Dr Ndongo Samba SYLLA, économiste,  Dr Cheikh Oumar DIAGNE, économiste, Famara Ibrahima CISSE, Président de l’Association des Clients et Sociétaires des Institutions Financières (ACSIF), Dr Souleymane Ndao, économiste avec comme modérateur Dr Cherif Salif Sy, Economiste. Ces économistes ont tous démontré les limites des réformes du Franc Cfa et l’Eco qui va le remplacer n’aucune perspective pour assurer le développement de nos pays parce qu’ils ne sont pas encore souverains.

C’est Makhily Gassama qui a donné le la pour fustiger que «certains économistes sont en train d’emprunter la même voie anti développement que les politiques. Une attitude qu’il considère «méprisante» à l’égard des Sénégalais qui, selon lui, « ne méritent pas un tel traitement ». A sa suite, le Dr Cherif Salif Sy s’en prend au système capitaliste qu’il considère comme un système économique violent.

Alors que pour Demba Moussa Dembélé, Ouattara et Macron ne font qu’exécuter le plan des réformes de l’ancien Directeur général du FMI, Dominique Strauss Khan qui n’a jamais parlé de l’Eco mais des réformes du FCFA. « J’avais écrit un article dont j’ai intitulé : Accord Macron / Ouattara, un premier coup contre l’intégration en Afrique de l’Ouest parce que pour moi cet accord visait à saboter la dynamique unitaire au niveau de la CEDEAO. Parce que voyez-vous le 29 juin 2019, les 15 pays membres de la CEDEAO ont pris la décision d’appeler leur monnaie unique Eco. Qu’Ouattara et Macron aillent à Abuja pour dire le contraire, c’est pour moi, une façon de saper cette dynamique unitaire des pays de la CEDEAO car leur déclaration est contraire à la décision des 15 pays membres de la Cedeao. Ce qui met une confusion totale à la dynamique unitaire. Je ne suis pas sûr que les 7 pays de l’UEMOA sont d’accord avec Ouattara. Et mon intime conviction la France est derrière parce qu’elle ne va jamais lâcher l’Afrique de l’Ouest notamment ses anciennes colonies. Elle va s’accrocher par tous les moyens à l’Afrique de l’Ouest. Cette affaire des réformes du FCFA est une supercherie de la France pour sauvegarder sa souveraineté sur la monnaie», a expliqué l’économiste Demba Moussa Dembélé qui invite les chefs d’Etat de l’Afrique de l’Ouest à une dynamique unitaire d’une part et une fédération de tous les pays africains d’autre s’ils veulent résister à la mondialisation. D’autant que plus tous les pays occidentaux sont unanimes que l’Afrique est le continent de l’avenir.

Intervenant sur la souveraineté monétaire et démocratique, le Dr Ndongo Samba Sylla ne voit pas de  perspectives pour que les pays aient leur souveraineté sans une monnaie nationale. En clair, renseigne-t-il, «  un pays sans souveraineté monétaire ne peut pas assurer son indépendance. C’est comme un pays qui a une armée sans commandement», explique-t-il, non sans se convaincre que « souveraineté monétaire est plus importante que la souveraineté monétaire est plus importante que la souveraineté territoriale”.

Il sera suivi dans la même voie par d’autres économistes comme le Dr Cheikh Oumar DIAGNE, économiste, Famara Ibrahima CISSE, Président de l’Association des Clients et Sociétaires des Institutions Financières (ACSIF), le Dr Souleymane Ndao, économiste qui déconstruise le système monétaire et le financement du développement, en dénonçant la création de la monnaie par des institutions privées et la réticence des banques étrangères établies dans nos pays à financer le développement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here