Accueil Actualité Société Louga : Journée morte ce vendredi à la suite d’une rixe entre un...

Louga : Journée morte ce vendredi à la suite d’une rixe entre un prof et un élève au CEM ‘’Artillerie’’

541
0
PARTAGER
Cem Artillerie
Cem Artillerie

Le phénomène est monnaie courante dans nos établissements scolaires depuis longtemps. Pour illustration, un élève du Collège d’Enseignement Moyen (CEM) ‘’Artillerie’’ de Louga aurait non seulement désobéit en classe à son professeur M DIOP, mais le potache lui aurait asséné des coups dans la rue bien après l’incident en classe.

Suffisant pour provoquer l’ire des enseignants du G7 qui ont observé un débrayage sur toute l’étendue scolaire de la Commune de Louga la journée du Jeudi 28 Novembre 2019. Votre site a rencontré la tête de file du G7 en la personne de Serigne Bassirou DIOUF, Secrétaire Général de la section de Louga du Syndicat Autonome de l’Enseignement Moyen-Secondaire (SAEMS). Notre interlocuteur livre la version des faits et indique la voie que ses camarades enseignants entendent suivre pour traiter de cette affaire.

Selon Monsieur DIOUF, «La mission de l’enseignant en classe n’est pas seulement de donner le savoir, mais aussi et surtout d’éduquer, c’est-à-dire de conseiller les élèves les bonnes conduites et pratiques sociales. C’est ce qu’a fait mon collègue M. DIOP en déconseillant son élève la coiffure avec laquelle il s’était présenté en classe. Voilà l’origine du conflit devant le personnel de surveillance qui s’était interposé entre l’élève et son professeur». «Non content de son face-à-face violent avec notre collègue en classe, l’élève a poursuivi le professeur jusque dans la rue pour lui donner encore des coups sous le témoignage de personnes. Par la suite, l’élève lui-même est allé, avec la complicité de sa mère, se faire délivrer un certificat médical pour porter plainte contre l’enseignant. Nous aussi avons déposé notre plainte», poursuit notre interlocuteur.

«Après plusieurs conciliabules, toutes les parties en conflits ont accepté de retirer leur plainte. Mais il faut que l’administration traite en dernier ressort de cette affaire-là. Car cet élève ne peut plus poursuivre ses études à côté de ce professeur», a-t-il ajouté avant de conclure: «Demain (NDRL: vendredi), nous l’avons déclaré la journée morte». (Avec LOUGAWEBMEDIAS)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here