Accueil Economie L’Eco sera-t-elle l’écho d’une indépendance financière ?: Les Dakarois se prononcent

L’Eco sera-t-elle l’écho d’une indépendance financière ?: Les Dakarois se prononcent

793
0
PARTAGER
Eco
Eco

Le président de la république française Emmanuel Macron a rendu visite à son homologue ivoirien Alassane Ouattara ce samedi 21 décembre 2219. L’annonce de la fin du franc CFA, un point qui a été évoqué lors de leur entrevue, suscite aujourd’hui des débats. Que se cache derrière cette « réforme » ?

Certains citoyens sénégalais sont d’avis qu’il y a des non-dits dans cette réforme. « Il y a une chose que l’ont doit régler. Si la France dit qu’elle va se retirer des instances de gouvernance de l’UMOA (Union Monétaire Ouest Africaine), et ensuite qu’elle (la France) sera notre garant financier, je pense qu’il y a anguille sous roche », indique M. Sy, cadreur et monteur. Teint clair, environs 25 ans, Sy semble, dans ses réflexions, percer un mystère non encore élucidé. Il ajoute tout de même: « il est  primordial que les pays africains, ceux de la CEDEAO, unissent leurs forces et conduisent cette économie, car ils ont les moyens, n’empêche il faut faire très attention et rester vigilant. »

Pour sa part, A.N., conseillère clientèle, trouve que cela ne sert à rien de changer la monnaie : « ça ne sert à rien qu’on change la monnaie si c’est toujours pour dépendre de la France, car celle-ci reste notre garant financier. En fait, je trouve que c’est juste renommer la monnaie sans pour autant changer le fond des choses ». C’est dans la même logique que L.C., agent à l’Agence de Développement de Local, affirme que c’est juste une réévaluation de notre monnaie : « à entendre certains économiste ou experts se prononcer sur la question, il n’y a pratiquement pas de changement, c’est juste pour réévaluer notre monnaie ». A l’évocation de la France, L.C. pense celle-ci ne fait que défendre ses intérêts : « aujourd’hui, en Afrique de l’Ouest, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Togo ainsi que le Bénin ont toujours été colonisés par la France, c’est tout à fait normal que le président français Macron rende visite à son homologue ivoirien Ouattara, et qu’il essaye de défendre les intérêts de la France ». (Kritik)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici