Accueil Actualité Société «Le Coronavirus, une épidémie en Chine, une crise sanitaire grave» par Amadou...

«Le Coronavirus, une épidémie en Chine, une crise sanitaire grave» par Amadou Bal BA

624
0
PARTAGER
Coranovirus Chine Oms
Coranovirus Chine Oms

Une épidémie, affectant les poumons, une sorte de SRAS, infectant plus de 25 000 personnes et ayant tué, à ce jour, plus de 500 personnes, a été détectée en Chine. Elle est apparue dans la province Wuhan, lieu de tourisme sur le fleuve Yan Tsé Kiang. Cette épidémie s’est étendue à d’autres provinces notamment celle de Wenzhou du Sud, de grands commerçants qui se déplacent facilement à travers le monde entier, avec des donc des risques plus grands de propagation du virus.

C’est le régime alimentaire et les conditions d’hygiène qui semblent être mis en cause dans cette épidémie. Les symptômes du virus sont : le mal de tête, la toux, une gorge irritée, et la fièvre. La médecine traditionnelle chinoise recommande de boire de l’ail chauffé dans un gros bouillon, est-ce vraiment efficace ? Le délai d’incubation de la maladie est de 14 jours et la contamination se fait par la proximité, à moins d’un mètre, du malade, de façon un peu prolongée.

Cette épidémie s’est étendue dans 23 pays et touché 61 cas notamment aux États-Unis et la France. Pour l’instant, officiellement, aucun mort n’a été signalé à l’extérieur de la Chine. Cependant les pays ont commencé à prendre des mesures drastiques : le refus d’admettre sur leur territoire des Chinois venant de Chine et le rapatriement de leurs nationaux par des vols spéciaux.

S’agissant des nombreux étudiants africains en Chine, ceux-ci sont bloqués en Chine notamment dans la province de Wuhan.

Cette épidémie aura des conséquences désastreuses sur l’économie chinoise où des entreprises occidentales ont délocalisé bon nombre de leurs unités de production. La Chine devenue première puissance économique mondiale risque de plonger la planète dans la récession.

Mais est-ce qu’on nous dit toute la vérité ?

Lors de l’affaire Tchernobyl, les autorités françaises avaient prétendu que le nuage nucléaire s’était arrêté à la frontière belge. Sans inciter à une peur irrationnelle, le devoir de vigilance, recommande de reconnaître que c’est une crise sanitaire grave qu’il ne faudrait pas sous-estimer.

La Chine a, désormais, des relations étroites avec d’Afrique et le monde est devenu un village planétaire. En effet, une forte communauté chinoise vit désormais au Sénégal et des Sénégalais, notamment des étudiants, grâce à la Fondation Confucius, vivent en masse en Chine, depuis que la France a restreint l’accès à son territoire. Les pays africains étant particulièrement faibles et fragiles au niveau des structures sanitaires, on redoute les effets désastreux de ce virus dans le continent noir. Il ne faudrait pas rajouter la difficulté à la difficulté.

Le nouvel an chinois, l’année du rat, a démarré, pour 15 jours, du samedi 25 janvier 2020 au 10 février 2020, avec des déplacements massifs de populations. En effet, les Chinois ne prennent rarement des vacances, c’est le seul moment de l’année, comme le Magal de Touba au Sénégal, où tout s’arrête, chacun rentre dans sa province. Le gouvernement pourrait-il limiter les déplacements importants de populations à cette occasion ?

Pour l’instant, la Chine a pris des mesures drastiques d’enfermement de tous les cas suspects. La province de Wuhan (55 millions d’habitants), là où s’est déclarée la maladie est non seulement hermétiquement fermée, mais, en plus, est devenue un gigantesque hôpital, d’enferment de tous les malades. Dans les autres provinces, plus personne ne peut quitter sa ville ou son village. Les écoles sont fermées, et l’accès aux transports publics est sérieusement restreint aux cas de nécessité absolue. Plus que jamais, la Chine autoritaire est devenue un vaste camp d’internement.

En France tous les grands rassemblements de vœux de Nouvel an avec les Chinois ont été annulés, avec des contrôles stricts aux frontières pour les entrants. Le rapatriements des Occidentaux, par avions spéciaux s’organise.

Les commerçants chinois de France, affectés par une baisse de fréquentation, ont beau cassé les prix, rien n’y fait ; la panique est là. La peur s’est installée. En effet, les Chinois fuient les lieux de rassemblement d’autres Chinois. Les Chinois parisiens, qui devaient fêter le Nouvel An en famille, ont annulé, en masse, leurs réservations. Résultats des ouvriers et employés sont mis au chômage technique, les commerçants ne respectant pas le Code du travail. Certaines personnes qui ont des crédits immobiliers ou des traites bancaires à payer commencent à sérieusement s’inquiéter.

Le virus s’est étendu dans la province de Wenzhou ; ce sont des commerçants bien implantés dans la province chinoise du Wuhan mais aussi en France. Les Wenzhou pour revenir en France empruntent des chemins détournés pour tromper la vigilance de la police des frontières française.

L’Italie vient de bloquer un bateau de croisière avec 6 000 passagers, dont 2 personnes dont affectées par le virus. La peur s’installe. En France, les magasins de luxe, comme Louis VUITTON, Hermès et les Galeries Lafayette, vont-ils interdire l’accès des lieux aux riches Chinois ?

Le Japon commence à paniquer. On a eu tort de sous-estimer cette crise sanitaire qui aura des conséquences dramatiques sur l’économie mondiale.

En ce nouvel an chinois, l’année du rat, je dis à mes amis chinois, qui sont angoissés par cette terrible épidémie : «Xin Nian Hao !» Bonne année !

Paris, le 22 janvier 2019, par Amadou Bal BA – http://baamadou.over-blog.fr/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here