Accueil Actualité Société L’ASRED “dénonce” le silence qui a entouré la mort du détenu Kandé...

L’ASRED “dénonce” le silence qui a entouré la mort du détenu Kandé Traoré au Pavillon spécial

75
0
PARTAGER

Ferloo.com – « L’Association pour le Soutien et la Réinsertion sociale des Détenus (ASRED) informe l’opinion publique du décès d’un détenu répondant au nom de Kandé Traoré, à la Maison d’arrêt et de correction du Pavillon spécial de l’hôpital Aristide Le Dantec, ce lundi 6 février 2018, vers 11 heures », lit-on dans un communiqué de son Président, M. Ibrahima Sall, parvenu à notre rédaction.

Toujours selon ce communiqué, « le défunt détenu en question souffrait de la maladie de tuberculose, cause pour laquelle il a été interné au Pavillon spécial depuis deux semaines. Kandé Traoré était condamné à 10 ans d’emprisonnement, et en avait déjà purgé 9 ans. Il devait, en principe, recouvrer la liberté dans moins d’un an. Il était marié et demeurant au quartier Korosma de Keur Massar ».

L’ASRED « dénonce fermement la négligence coupable des autorités pénitentiaires qui a conduit à cette mort regrettable, comme c’est souvent le cas avec les nombreux décès enregistrés dans les établissements pénitentiaires du Sénégal ».

L’ASRED « dénonce vigoureusement et avec la dernière énergie le manque de communication entre l’Administration pénitentiaire et les parents des détenus », avant de poursuivre : « en effet, la famille de Kandé Traoré a été informée du décès par un ancien détenu. Même sa femme n’était pas au courant de l’hospitalisation de son mari durant tout le temps qu’il a été transféré du Camp pénal de Liberté au Pavillon spécial. La même situation avait prévalu lors de la mutinerie de Rebeuss du 20 septembre 2016 qui s’est soldé par la mort du détenu Ibrahima Mbow alias Ibrahima Fall. Ses parents l’avaient appris par le biais des acolytes d’Ibrahima Mbow Fall avec qui il devait comparaitre devant le Tribunal d’instance de Rufisque, pour recel. Outre ces deux cas, les familles des détenus éprouvent d’énormes difficultés pour connaitre le lieu de détention de leurs parents et ils ne sont pas non plus infirmés en cas de transfèrement ».

Selon ASRED, « d’autres pensionnaires du Pavillon spécial risquent de subir le même sort que Kandé Traoré. C’est le cas, par exemple, pour Tamsir Diouf qui souffre d’une maladie du cœur. Son médecin exige son évacuation urgente à l’étranger, pour lui sauver la vie. Mais cette alerte du sachant n’a pas été suivie d’effets, et jusqu’à ce jour ».

Et d’indiquer que « par ailleurs, les détenus de la Maison d’arrêt de Rebeuss protestent contre la cherté et le coût excessif des télécommunications vers l’extérieur avec leurs familles. Ils en appellent à une rapide diligence du nouveau directeur de l’Administration pénitentiaire, le colonel Jean-Bertrand Bocandé ».

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here