Accueil Société HRW et PPDH identifient les insuffisances et tracent une feuille de route...

HRW et PPDH identifient les insuffisances et tracent une feuille de route au gouvernement

548
0
PARTAGER
Enfants talibés
Enfants talibés

Le gouvernement sénégalais n’a pas été assez loin pour lutter contre les abus, l’exploitation et la négligence chroniques et généralisés dont sont victimes des milliers d’enfants talibés vivant dans les écoles coraniques traditionnelles, ont déclaré Human Rights Watch et la Plateforme pour la promotion et la protection des droits humains (PPDH), une coalition sénégalaise d’organisations de défense des droits humains, dans un rapport publié conjointement aujourd’hui rendu public hier.

Ce document de 91 pages, est intitulé «La place de ces enfants n’est pas dans la rue: Une feuille de route pour mettre fin à la maltraitance des talibés au Sénégal ». Dans ledit document, ces organisations de défense des droits des enfants passent au peigne fin la programmation et les efforts judiciaires du gouvernement sénégalais de 2017 à 2019 dans le cadre de la lutte contre les abus. Elles ont vite constaté une insuffisance des efforts pour la prise en charge correcte des enfants, notamment ceux qui sont dans les Daaras à la merci des maîtres coraniques. « Les enfants talibés ont été ouvertement et tragiquement négligés, exploités et maltraités, et le gouvernement n’a tout simplement pas fait assez pour arrêter cela », a déclaré Corinne Dufka, directrice adjointe de la division Afrique de Human Rights Watch.

Ainsi, les deux organisations ont proposé une feuille de route pour mettre fin à la mendicité forcée et aux conditions abusives dans les écoles coraniques, appelées daaras. «Le gouvernement doit prendre des mesures audacieuses, concrètes et durables pour mettre fin aux souffrances endurées par de nombreux enfants dans les daaras du Sénégal».

Pour la production du présent rapport dont les recherches sont menées en 2018 et en 2019, les enquêteurs de Human Rights Watch et la PPDH se sont rendus dans quatre régions du Sénégal, ont visité 22 daaras et 13 centres d’accueil pour enfants, et ont interrogé plus de 150 personnes, dont des enfants talibés, des maîtres coraniques, des travailleurs sociaux, des spécialistes de la protection de l’enfance, des agents de la police, des fonctionnaires de justice, et des représentants du gouvernement et de l’ONU, entre autres.

Des photos diffusées sur les réseaux sociaux en novembre dernier montrant plusieurs enfants talibés enchaînés à Ndiagne dans la région de Louga, poussent ces défenseurs des droits des enfants à estimer qu’il y a « l’urgence d’une action gouvernementale pour mettre fin aux abus » (…) « Ce n’est que le dernier des nombreux cas de traitement inhumain d’enfants talibés ces dernières années », a déclaré Mamadou Wane, coordinateur de la PPDH. « L’État doit s’acquitter de sa responsabilité de protéger ces enfants, réglementer les daaras et mettre fin à ces abus inadmissibles. »

Sur la feuille de route proposée au gouvernement pour une meilleure protection des enfants talibés, HRW et PPDH exposent cinq (05) mesures clés que sont: intensifier les programmes de lutte contre la mendicité des enfants ; réglementer les daaras tout en soutenant ceux qui respectent les droits des enfants; développer les services de protection de l’enfance qui sont dotés de ressources insuffisantes; sévir contre la traite et le trafic d’enfants par des maîtres coraniques; et accorder la priorité à la justice pour tous les abus commis à l’encontre des enfants talibés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici