Accueil Actualité Politique “Histoire générale du Sénégal”: Rien n’arrête Iba Der Thiam dans son projet d’offrir...

“Histoire générale du Sénégal”: Rien n’arrête Iba Der Thiam dans son projet d’offrir une référence aux jeunes

516
0
PARTAGER
iba der thiam
iba der thiam

Les controverses nées après la publication des cinq tomes de “l’Histoire générale du Sénégal”, ne semblent pas ébranler le Pr Iba Der Thiam et son équipe composée des spécialistes de toutes les sciences sociales. Il se dit contenter de sa dimension humaine, par conséquent, limités, donc, n’ayant pas la prétention de tout connaitre et de tout savoir. Cependant, ce dont le Pr Iba Der Thiam semble être convaincu, c’est la poursuite du projet de la réécriture de “l’Histoire générale du Sénégal” car, selon lui, il faut donner une référence aux jeunes générations.

Le Pr Iba Der Thiam, invité du Jury du dimanche (JDD) dit être prêt à apporter des correctifs à sa copie avec toute “objectivité” sans mettre le couteau sur la plaie. “Sur plus de 2500 pages, la  controverse ne porte que la partie concernant les familles religieuses. Cela est compréhensible. L’histoire a toujours fait l’objet de controverse, des polémiques…”, tient à préciser le Pr Iba Der comme pour se donner bonne conscience. Pour étayer ses propos, le Pr Iba Der Thiam rappelle la polémique née après la publication par l’Unesco, du tome 2 de l’histoire générale de l’Afrique. “Il a fallu un séminaire spéciale sur le sujet en Libye pour apporter des correctif”, souvient-il, avant de brandir des exemplaires du Monde diplomatique, d’une  Revue d’histoire et de l’Express parlant de controverses de l’histoire de la France. “Donc, souligne-t-il, ce n’est pas pour la première fois qu’il ait des polémiques autour de l’histoire”. Par conséquent, promet le Pr Iba Der Thiam, “le Projet intéresse les Sénégalais et notre jeunesse doit avoir une référence, des vertus et des valeurs à opposer aux autres cultures et aux civilisations”. Convaincu de son “action ponctuelle”, il rassure que le travail va se poursuivre en vue de donner aux jeunes générations des arguments à faire valoir contre les effets pervers de la mondialisation. “Les réseaux sociaux font des ravages, les chefs religieux sont insultés à longueur de journée, nos enfants commencent à boire de l’alcool… Je me suis dit qu’il faut aider ce pays, lui faire connaitre son histoire”. D’autant plus que, se convainc-t-il, “les Sénégalais, dans sa grande majorité, ont adhéré au travail déjà fait”. Et de promettre que l’histoire va être simplifiée pour être enseignée dans l’école, en version électronique et en version traduite dans les langues nationales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here