Accueil Document Hgs : Le Pr Iba Der Thiam prêt à apporter des correctifs au...

Hgs : Le Pr Iba Der Thiam prêt à apporter des correctifs au Volume 1/A Tome III

341
0
PARTAGER
iba der thiam
iba der thiam

« 1817-1914 Les années d’épreuves, de luttes armées, de renouveau religieux et culturel, de refus de la domination coloniale et de consolidation du pouvoir colonial », codirigé par le Professeur Iba Der THIAM, le Professeur Mor NDAO, le Docteur Ingénieur El Hadji Ibrahima NDAO et le Docteur Gana FALL (758 p) Selon certains journaux parus, jeudi 12 septembre 2019, des membres de la Famille Ndieguene auraient reproché à l’Histoire Générale du Sénégal des origines à nos jours d’avoir écrit que : « un de leurs ancêtres, El Hadji Amadou Sakhir Ndieguene, premier khalife de Tafsir Ahmadou Barro Ndieguene, était le disciple d’El Hadji Malick Sy »

Elle ajoute que l’Histoire Générale du Sénégal des origines à nos jours aurait soutenu la thèse selon laquelle, « El Hadji Amadou Sakhir Ndieguene est sorti de l’école de El Hadji Malick Sy ».

L’Histoire Générale du Sénégal des origines à nos jours tient à dire qu’elle n’a jamais rien dit de tout cela dans aucune des pages du Volume 1/A Tome III. Ceux qui ont lu le livre, sans se contenter de certains commentaires de certains réseaux sociaux, peuvent en témoigner.

Elle n’a jamais interprété l’appartenance à l’école de Maodo comme voulant dire que les gens cités ont été formés par Maodo où qu’ils auraient été ses élèves. Nous savons tous qu’El Hadji Amadou Sakhir Ndieguene a été initié à la Tarikha Tidianiya par Serigne Mourtada Tall, fils d’El Hadji Oumar Foutiyou Tall, de ce fait, il ne peut être le disciple d’El Hadji Maodo Sy. Après une formation poussée auprès de son père, il continua principalement ses études dans la région de Diourbel (village de Thiakh), auprès de Serigne Birane Niang.

Le livre traite de l’Histoire de la famille Ndieguene depuis la page 138. On y lit : « Ce fut toujours pendant la première moitié du XIXème siècle qu’avait eu lieu, à titre d’exemple, la rencontre entre El Hadji Oumar Foutiyou Tall et le Tafsir Médoune Ndieguene à Kassas en 1841… ». Cette date se situe bien avant la naissance d’El Hadji Maodo Sy, qui eut lieu, comme tout le monde le sait, dans la deuxième moitié du XIXème siècle, en 1953, précisément.

A la page 139, le livre ajoute : « El Hadji Oumar lui remit le Wird Tidiane et l’intronisa, séance tenante, Moukhaddam, avec la mission de diffuser la nouvelle Tarikha dirigée par Cheikh Tidiane Chérif de Fez dans sa zone géographique… »

Le livre continue sur la famille Ndieguene, de la page 215 à la page 219.

En disant qu’un des membres de la famille Ndieguene appartenait à la même école qu’El Hadji Malick Sy, l’Histoire Générale du Sénégal des origines à nos jours a voulu simplement dire qu’ils partageaient la même vision de l’Islam et de la Tarikha Tidianiya. Cela ne veut pas dire qu’il y a eu entre eux un lien d’élève à maître ou de guide à talibé. Nous savons tous les liens d’amitié qui ont lié ces deux familles depuis la relation entre El Hadji Malick Sy et Tafsir Ahmadou Barro Ndieguene qui, lui, fut initié à la Tarikha Tidianiya par Serigne Birane Cissé de Rufisque, qui était son professeur.

Le chapitre sur la famille Ndieguene a été écrit en se basant sur des informations contenues dans une contribution faite sur cette famille par un illustre et prestigieux descendant de celle-ci, le chercheur Dr Assane Ndieguene, à l’Université Sherbrooke, Québec, Canada et sur un reportage sérieux, dense et documenté d’un journaliste-chercheur, en l’occurrence Maguette Sèye, qui a travaillé avec la famille et dont le travail publié dans les journaux de large diffusion n’avait suscité, en son temps, aucune contestation.

Les rapports de l’Histoire Générale du Sénégal des origines à nos jours avec la famille Ndieguene sont tels que ce fut le Coordonnateur Général, le Professeur Iba Der THIAM qui a été choisi par le Dr Assane Ndieguene et son équipe composée de membres et disciples de la famille Ndieguene pour préfacer le livre (sorti tout récemment) qui leur a été consacré aux Editions L’Harmattan. Ce livre intitulé : « Tafsir Ahmadou Barro Ndieguene, parcours atypique d’un missionnaire de la religion musulmane », est le fruit d’un travail scientifique très poussé et hautement symbolique qui aidera à éclaircir un peu plus la lanterne des uns et des autres sur la formation et l’initiation des Ndieguene. Il retrouvera sa place dans les prochains volumes, ainsi que dans la ré-édition du Volume 1/A Tome III. Nous soulignons également que le Dr Assane Ndieguene sera intégré au comité de rédaction et de relecture des prochains volumes de l’Histoire Générale du Sénégal des origines à nos jours à sortir, prouvant encore des rapports cordiaux et constructifs entre nous et la famille Ndieguene.

Des membres de la famille travaillent avec HGS depuis des mois et ont envoyé ou fait paraître des contributions qui ont été très appréciées et retenues dans les prochains tomes.

HGS réitère ce que son communiqué du10 septembre avait déjà dit. Si telle formulation a été mal comprise et mérite d’être précisée, l’Histoire Générale du Sénégal est ouverte à toutes propositions visant à modifier le texte, donc, le volume concerné et regrette le malentendu qui a donné naissance à ce communiqué.

L’Histoire Générale du Sénégal précise, en plus, que depuis la publication en France de l’Histoire collective de la France en 28 volumes, présidée par Ernest Lavisse nombre de contestations ont été faites sur :

– le rôle de Vercingétorix qui, loin d’avoir été le héros qui a défié César, a été livré par ses frères à celui-ci

– celui de Clovis

– celui de Saint-Louis

– celui de Philippe Le Bel

– celui de Louis XI

-celui d’Henri IV

– celui de Louis XIII

– celui de Louis XIV

2

– celui de Pétain

– celui de De Gaulle, etc.

Cela n’a pas empêché ce travail monumental d’être une référence contenant des informations et des valeurs qui ont structuré l’identité nationale française et fait de la France un peuple partageant majoritairement la même vision sur son passé.

Enfin, pour les hommes de bonne volonté, l’Histoire Générale du Sénégal compte, pour le moment, 5 Volumes représentant 2728 pages imprimées sur lesquelles, les contestations ne portent, actuellement, que sur un ou deux paragraphes.

Il y en aura d’autres certainement, car l’Histoire est, par nature, la discipline où s’exprime la variété des points de vues et des controverses sur l’interprétation des faits, sans que cela n’ait semé la division dans aucun pays, qui a pris conscience des enjeux en cause et de l’intérêt supérieur de la nation.

Le Comité de Pilotage lance à nouveau un appel, comme il n’a cessé de le faire depuis 2014 à tous les historiens désireux de participer à ce projet. Ils seront toujours les bienvenus. Nous l’avons déjà dit et écrit plusieurs fois, nul n’est exclu, parce qu’il s’agit d’une affaire nationale qui doit transcender les clivages, les problèmes d’ego ou les divergences idéologiques.

Le Comité de Pilotage, pour terminer, invite toutes les familles religieuses qui le désirent à désigner un de leurs hommes de confiance, comme certains l’ont déjà fait, qui, en participant à nos travaux, comprendrait mieux notre démarche et nos intentions véritables.

Le Coordonnateur Général

agissant au nom du Comité de Pilotage et des 63 autres rédacteurs du Volume 1/A du Tome I

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here