Accueil International Europe France: le chef d’état-major des armées Pierre de Villiers démissionne

France: le chef d’état-major des armées Pierre de Villiers démissionne

134
0
PARTAGER
CEMGA France
CEMGA France

Le chef d’état-major des armées français Pierre de Villiers, en conflit avec le président Emmanuel Macron au sujet des coupes dans le budget de la Défense, a démissionné ce 19 juillet 2017.

Une semaine après avoir été rappelé à l’ordre par le chef de l’Etat, le chef d’état-major des armées Pierre de Villiers a démissionné ce 19 juillet. Le désaccord portait sur les 850 millions d’euros d’économies exigés par Bercy aux armées.

Le général de Villiers n’aura pas attendu son tête-à-tête prévu vendredi 21 juillet avec le chef de l’Etat, pour poser son képi. Connu pour son franc-parler, celui qui affirmait, il y a encore une semaine, qu’il ne se laisserait pas « baiser » par l’exécutif, n’hésite pas à dénoncer ce qu’il considère comme un risque pour la sécurité du pays : « Dans les circonstances actuelles, je considère ne plus être en mesure d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel je crois pour garantir la protection de la France et des Français […] et soutenir les ambitions de notre pays. Par conséquent, j’ai pris mes responsabilités en présentant ce jour, ma démission au président de la République qui l’a acceptée », écrit le général dans un communiqué.

Cette démission met fin à une guerre quasi ouverte entre le chef de l’Etat et le chef d’état-major des armées. Ce dernier n’a pas digéré les 850 millions d’euros d’économies exigés par Bercy au ministère de la Défense.

Malgré les soutiens et les hommages appuyés venus de droite et de gauche ces derniers jours, y compris de l’ancien ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian qui a salué « un grand soldat, d’une très grande intégrité », Pierre de Villiers a visiblement mal supporté le recadrage du président de la République le 13 juillet : « Je considère qu’il n’est pas digne d’étaler certains débats sur la place publique, j’aime le sens de la réserve qui a tenu nos armées où elles sont aujourd’hui », avait alors affirmé Emmanuel Macron, rappelant à cette occasion qui était le chef des armées.

Portrait d’un général au franc-parler

Ce n’était pas la première fois que le général montait au front pour défendre les armées de façon publique. On se souvient de sa volonté de peser sur le débat présidentiel et de ses deux sorties dans la presse, cet hiver 2017, concernant déjà le besoin d’accroître le budget de la Défense.

Le général de Villiers est quelqu’un qui n’hésitait pas à communiquer avec la troupe via Facebook. On le dit aussi amateur de football et qui aime le côté coach. Il a conservé le franc-parler de la cavalerie blindée, son corps d’origine.

Un bras de fer pour accroître le budget de la Défense

Ancien commandant au Kosovo et en Afghanistan, celui dont le comportement a été jugé indigne par le chef de l’Etat avait mené jusqu’à présent une carrière sans accroc. Nommé à la tête des armées par François Hollande en février 2014, le général a été reconduit cet été 2017 par Emmanuel Macron, malgré la limite d’âge.

Pierre de Villiers est un homme de terrain et un homme passé par les bureaux de l’état-major général ; il a été major-général de 2010 à 2014. Il connaît donc par cœur les rouages de la Défense et la bataille contre les arbitrages de Bercy.

La situation était devenue intenable pour lui. Recadré publiquement à deux reprises par le chef de l’Etat, le vieux général a perdu son bras de fer contre un président de vingt ans plus jeune que lui.

Par RFI

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here