Accueil Actualité Politique Entre neutralité et indépendance : Famara Ibrahima Sagna prêche la bonne foi

Entre neutralité et indépendance : Famara Ibrahima Sagna prêche la bonne foi

382
0
PARTAGER
Famara Ibrahima Sagna
Famara Ibrahima Sagna

Les membres du Comité de pilotage du dialogue national ont entamé, ce mardi, les travaux de diagnostic du Sénégal. D’ici trois mois, il leur revient de présenter un rapport au chef de l’Etat après avoir fait un diagnostic sans complaisance du Sénégal. En procédant au lancement des travaux, le président du Comité de pilotage, Famara Ibrahima Sagna a donné toutes les garanties de mener jusqu’au bout sa mission en toute neutralité et en toute indépendance.

Et c’est en langage diplomatique que l’ancien président du Conseil économique et social, a fixé les règles du jeu, la manière dont il compte travailler pour mener à bien sa mission. «… le temps de réglages, des atermoiements, des hésitations ou des incertitudes est maintenant derrière nous, voici donc venu le temps de commencer un travail considérable pour son étendue, sa diversité est inédite par son importance, son objectif de transcender tous les clivages et les blocs. Un travail qui doit demeurer longtemps le fondement solide de notre système étatique sur tous ses aspects. Ce travail, nous devons le mener avec rigueur, compréhension réciproque, esprit de sacrifice à chaque étape avec un sens élevé du bien commun. Je vous invite d’ores et déjà à nous retrousser les manches pour faire face avec courage et abnégation à la tache exaltante qui nous attend », a-t-il indiqué pour alerter les membres du comité de pilotage à la neutralité et l’indépendance dans laquelle il compte diriger le comité de pilotage, car, prévient-il, «ce travail nous confère une lourde de responsabilité que l’histoire enregistrera et jugera pour les générations futures».

Des indications qui en disent longues sur sa volonté de se départir de toute contingence politique et partisane. «L’objectif n’est pas de régler le problème de tel ou de tel groupe, ni de regarder les préoccupations particulières d’une entité, mais l’objectif est le pays, le Sénégal» qui présente des signes pathologiques, aussi bien sur le plan macro économique que sur le plan économique et social aussi bien que dans les rapports interpersonnels que dans les rapports politiques et aussi bien sur tous autres aspects sur le plan administratif. Car, souligne-t-il, «lorsqu’on ausculte le Sénégal en tant corps, « humain », il y a des problèmes et ce qui nous est demandé, aujourd’hui, est de nous installer en médecin et d’ausculter le Sénégal sans complaisance sans parti pris, sans considération tendancielle, sans volonté d’apporter une contradiction pour installer un débat inutile mais juste pour une cause que ne peux pas qualifier ».

Comme pour montrer se bonne foi de jouer sur la carte de la neutralité et de l’indépendance, Famara Ibrahima Sagna renonce à tout traitement pécuniaire. « J’ai dit au président de la République que je ne veux pas de budget encore de traitement et par souci économique, j’ai exigé des salles où les commissions peuvent travailler sans louer ». précise-t-il comme pour répondre à Mamadou Lamine Diallo qui avait avancé 10 millions par jour de travail de membres du comité de pilotage, mais aussi une manière de se tenir à l’écart des politiques.

Aussi, pour sa première réunion, Famara Ibrahima Sagna a consacré à la mise en place d’un calendrier de travail rationnel autant qu’efficace et à la constitution effective des commissions de travail du comité national autorisé par le président de la République et l’adoption d’un règlement intérieur qui doit permettre de travailler avec discipline et guider dans toutes les étapes des concertations, des analyses ainsi que des décisions qui seront prises.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here