Accueil Actualité Politique En rade à Versailles, isolé de tous par son fils, Wade perd...

En rade à Versailles, isolé de tous par son fils, Wade perd la parole et les horloges

505
0
PARTAGER
Abdoulaye Wade
Abdoulaye Wade

Abdoulaye Wade a quitté Doha, où il a séjourné pendant plusieurs mois, pour rejoindre Paris au cours de la dernière semaine de décembre 2018. Il a demandé à atterrir à Dakar à bord d’un avion privé, mais l’autorisation lui a été refusée par les autorités du ciel sénégalais. Le motif du refus est double.

D’abord, l’ex-président a souhaité se poser à l’Aéroport Léopold Sédar Senghor de Dakar, aujourd’hui réservé au chef de l’Etat en exercice et à l’armée, et non à l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd) désormais ouvert à tous les autres vols nationaux et internationaux.

Ensuite, Wade a refusé de déférer à l’injonction des autorités sénégalaises qui lui exigeaient de fournir la liste des membres de la délégation censée l’accompagner.

Dans l’impossibilité donc d’atterrir à Dakar dans les conditions actuelles, Abdoulaye Wade est resté en rade dans cette grande demeure de Versailles qu’il a rénovée pour son épouse, Viviane née Vert. Dans la rigueur du froid et la grisaille de l’hiver parisien, l’ex-homme fort du Sénégal s’ennuie. Il se tourne les pouces, seul au monde, de facto interdit de visites de toutes sortes…

A partir de Doha, Karim Wade, dont les fidèles entourent le patriarche, a réussi à placer son père sous coupe réglée, dans une sorte de résidence surveillée. Aucune précaution n’est de trop pour empêcher que la moindre voix discordante arrive à lui faire entendre une autre opinion que celle de son fils sur la situation politique actuelle du Sénégal.

Le contrôle exercé sur Wade père va plus loin. Tous ceux qui ont récemment tenté de le joindre au téléphone, sans avoir au préalable parlé à son fils, n’y sont pas arrivés. Celui qui tient son téléphone est un homme de Karim Wade qui valide avec lui ceux qui peuvent ou ne peuvent pas parler à l’ex-président.

Last but not least, celui-ci ne parle politique que lorsqu’il y est autorisé. Lorsqu’un politicien le contacte, il échange des civilités avec lui et lui balance, tel un mot d’ordre: « Discute avec ton frère Karim. »

En rade à Paris, isolé de tous par son fils, Abdoulaye Wade n’est plus maître de sa parole ni des horloges. Après le rejet -plus que probable- de la candidature de Karim Wade, le 20 janvier prochain, par le Conseil constitutionnel, on le fera à coup sûr débarquer à Dakar pour tenter un baroud d’honneur !

En dépit de son âge très avancé, la retraite n’est pas de tout repos pour celui qui dirigea le Sénégal de 2000 à 2012… (Yerimpost)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here