Accueil Economie Dragage et balisage de la brèche de Saint-Louis : Le contrat de...

Dragage et balisage de la brèche de Saint-Louis : Le contrat de réalisation signé aujourd’hui par le ministre Aliou Ndoye

1155
0
PARTAGER
bRECHE DE NDAR
bRECHE DE NDAR
La cérémonie de signature du contrat pour la réalisation des travaux de dragage et de balisage de la brèche de Saint-Louis, a eu lieu à Dakar, ce 22 septembre 2020, sous la présidence de Monsieur Alioune Ndoye, ministre des Pêches et de l’Economie maritime (MPEM), en présence du maire de la ville de St-Louis, Monsieur Mansour Faye, du Directeur général de l’ANAM, M. Massamba Achille Edouard Guéye, du DAGE du MPEM, M. Abdou Karim Mariko et de l’ensemble de ses plus proches collaborateurs et des acteurs de la pêche venus de Saint-Louis et des autres régions du Sénégal. Lisez son son allocution, à cette occasion.
« Monsieur le Ministre du développement communautaire, l’équité sociale et territoriale, Maire de Saint-Louis ;
Messieurs les responsables et acteurs de la pêche artisanale à Saint-Louis,
Honorables invités,
Mesdames, Messieurs,
C’est avec un réel plaisir que je vous accueille ici au Ministère des Pêches et de l’Economie maritime, au sein des sphères ministérielles Ousmane Tanor DIENG, pour la signature du contrat de travaux de dragage et de balisage de la brèche de Saint-Louis.
C’est toujours pour moi un honneur de concrétiser la vision du Chef de l’Etat, et de mettre en œuvre son ambition.
Ultime étape avant le démarrage des travaux, la cérémonie qui nous réunit, ce jour, marque un tournant décisif dans la prise en charge de la demande sociale des communautés de pêcheurs de la Région de Saint-Louis et de Guet Ndar en particulier.
Permettez-moi, chers acteurs, de saisir l’opportunité de cette rencontre pour rendre un vibrant hommage à nos valeureux pêcheurs qui, de jour comme de nuit, bravent les aléas de la mer pour nourrir les populations sénégalaises et animer une économie halieutique dynamique.
En effet, le sous-secteur de la pêche occupe la première place des exportations avec plus de 294 milliards. Ces performances sont réalisées grâce au concours déterminant de la pêche artisanale dont les mises à terre constituent environ 85% de la production nationale.
Mesdames, Messieurs,
Je voudrais, avant de poursuivre mon propos, m’incliner respectueusement devant la mémoire de nos pêcheurs qui ont payé de leur vie un lourd tribut à la mer.
Du fait des changements climatiques et des actions anthropiques, les conditions de navigation maritime deviennent de plus en plus difficiles.
Cette situation se présente dans un contexte particulier à Saint-Louis. En effet, pour prendre en charge une menace d’une inondation exceptionnelle, une brèche a été ouverte, sans étude préalable connue, en octobre 2003, en vue de permettre l’écoulement des eaux.
Cette ouverture, dite Canal de délestage, creusée alors au Nord de l’embouchure naturelle du Fleuve Sénégal, avec une largeur de 4 m, 100 m de longueur et 1.5 m de profondeur, a fortement évolué, pour atteindre, de nos jours, plus de 7.000 mètres de large.
Ainsi, la dynamique sédimentaire y entraine la formation de haut-fonds, constitutifs d’obstacles à la navigation à l’origine de plusieurs chavirements de pirogues.
En dix-sept (17) ans, il a été enregistré des centaines de pertes en vies humaines, en sus des importants dégâts matériels réduisant des centaines de familles dans la précarité, consécutivement à la perte de l’unité de production et de subsistance.
Face à cette situation, Monsieur le Président Macky SALL a pris ce problème à bras le corps. Rappelons-nous, suivant ses directives, la coopération bilatérale a été mise à contribution pour trouver la solution à la problématique de la brèche.
C’est dans ce cadre que le Royaume des Pays-Bas, connu pour son expertise dans ce domaine, a accompagné notre pays dans une étude. En relation avec les experts sénégalais, une série de mesures a été identifiée, dans le cadre d’un comité de pilotage institué au sein de mon département.
Parmi ces mesures, une étude approfondie, à moyen terme, pour la modélisation de la stabilisation de la brèche a été préconisée pour ne pas répéter les erreurs du passé. L’étude a démarré dans le cadre de l’élaboration du Programme de gestion des eaux pluviales (PROGEP), coordonné par l’Agence de Développement municipal (ADM), sur financement de la Banque mondiale.
En attendant la finalisation de cette étude qui déterminera la nature des travaux structurels de stabilisation, le dragage et de balisage ont été recommandés en urgence pour freiner la récurrence des accidents de pirogues à l’embouchure.
C’est dire l’importance du dragage, dont la réalisation atteste de l’attachement du Chef de l’Etat à la communauté des pêcheurs et la sécurité en mer des acteurs.
Après plusieurs tentatives avec plusieurs partenaires, nous voici, à présent, au bout d’un processus d’appel d’offres international ayant consacré l’attribution du marché des travaux à l’Entreprise CHEC.
Je voudrais, à ce niveau d’avancement du projet remercier Son Excellence, Monsieur le Président de la République, qui, malgré la conjoncture de la COVID 19, a bien voulu autoriser la mise à disposition des ressources financières nécessaires.
Monsieur le Ministre,
Chers acteurs,
Les travaux qui se dérouleront sur une période de trois mois et demi concernent :
Le dragage de la voie navigable de l’embouchure au port polonais, avec un gabarit permettant un écoulement satisfaisant, afin de réduire la vitesse de dépôt sédimentaire.
Les volumes à draguer permettront d’atteindre une profondeur de 3,5 mètres de l’embouchure au port polonais à l’hydrobase, et une profondeur de 5 mètres à l’embouchure in situ.
Un balisage lumineux sera également installé de l’amont de l’embouchure audit port, pour assurer une sécurité de navigation, de jour comme de nuit, sur le chenal large de 150 mètres et une base de 200 mètres à l’embouchure.
Le total des travaux coûtera à l’Etat du Sénégal, sur le Budget consolidé d’investissement (BCI), le montant de 7.242. 343. 927 FCFA TTC.
Chers acteurs,
Les travaux qui seront engagés incessamment devront se poursuivre sans discontinuer et simultanément avec la navigation piroguière. Ainsi, afin d’assurer une bonne cohabitation entre les deux activités sur le plan d’eau, j’en appelle à la franche collaboration de tous.
A cet effet, une campagne de sensibilisation sera effectuée pour réguler les trafics et garantir la sécurité de tous.
A l’endroit de l’entreprise CHEC, je voudrais inviter à un respect scrupuleux des délais impartis et auxquels vous avez souscrit dans votre offre. L’urgence commande une célérité sans compromettre la qualité des travaux.
Je ne saurais terminer sans adresser mes vives félicitations à Monsieur le Maire de Saint-Louis, qui n’a jamais cessé d’œuvrer, à côté du département, pour la réalisation de ces travaux.
Je vous remercie de votre aimable attention.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici