Accueil Actualité Politique DISCOURS DE S.E. HONORABLE PRESIDENT DU PARLEMENT DE LA CEDEAO

DISCOURS DE S.E. HONORABLE PRESIDENT DU PARLEMENT DE LA CEDEAO

271
0
PARTAGER

MONSIEUR MOUSTAPHA CISSE LO

PARLEMENT DE LA CEDEAO

A L’ASSEMBLEE NATIONALE DE LA COTE D’IVOIRE

1ère Session ordinaire du 27 Avril 2016

Son Excellence, Mr Guillaume KigbaforiSoro,  Président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire,

 Excellence, Monsieur le Premier Ministre, chef du Gouvernement de Cote d’Ivoire,

 Excellences,Présidents et représentants des Parlements amis de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire,

Excellences, Mesdames, Messieurs les membres du Gouvernement de la Côte d’Ivoire,

 Honorables membres du Bureau du Parlement de la CEDEAO et  de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire,

Honorables députés,

Messieurs les chefs coutumiers et chefs traditionnels

Mesdames et Messieurs,

Chers invités en vos rangs et qualités,

Il m’échoit, aujourd’hui, l’honneur de prendre part, pour la première fois, depuis mon élection à la tête du Parlement de la CEDEAO, à une session ordinaire de l’Assemblée nationale de la Côte d’Ivoire.

A cet instant solennel et historique, je voudrais, par ma voix et au nom de la délégation qui m’accompagne, vous transmettre les remerciements chaleureux, fraternels et très sincères du parlement de la CEDEAO pour cette invitation.

Au demeurant, il m’est agréable de soutenir que, notre présence ici traduit à suffisance, l’attachement et la reconnaissance dont font preuve votre prestigieuse institution et le peuple ivoirien, à l’endroit du Parlement de la CEDEAO, et aux idéaux d’intégration régionale qu’il incarne.

Bien évidemment, il ne pouvait en être autrement, s’agissant de la Côte d’Ivoire qui, depuis son indépendance, est toujours restée une terre de grande hospitalité, si l’on s’en tient au nombre très important de citoyens ouest-africains qui y vivent et travaillent dans la paix, la concorde et le bonheur le plus absolu.
C’est donc en leurs noms, que je tiens à vous réitérer toute notre gratitude, tout en réservant une mention spéciale à Son Excellence, le Président Alassane Dramane OUATTARA et à son Gouvernement qui ne ménagent aucun effort pour que la Côte D’ivoire demeure un exemple où chaque citoyen de la communauté se sent chez lui.

Excellence Monsieur le Président,

Vous retournant l’ascenseur pour cette marque de volonté de vie commune et d’estime entre les différents peuples qui composent sa communauté, le Parlement de la CEDEAO a voulu répondre présent à travers cette délégation d’une importance exceptionnelle, en nombre et en qualité des personnalités qui la composent :comme vous avez pu le constater, le Bureau, la Conférence des Bureaux, les députés et le personnel administratif sont fortement représentés.

Qu’il me soit permis de souligner que la force des événements douloureux que vous avez vécus récemment, a déterminé le choix de la mission de notre Parlement. Cette mission est donc avant tout porteuse d’un message de solidarité à l’endroit du Gouvernement et du peuple ivoirien qui viennent d’être durement éprouvés par les lâches attentats perpétrés à Grand Bassam le 13 mars 2016.

M’inclinant, avec déférence, devant la mémoire des victimes, je présente, au nom du parlement de la CEDEAO, mes condoléances les plus attristées aux familles endeuillées, au Gouvernement et au peuple ivoiriens (et vous prie de bien vouloir me permettre de faire observer une minute de silence à toute l’assistance). Stop

 

Excellence Monsieur le Président,

Nos Etats tardent à s’impliquer comme il se doit or la recrudescence de la violence, ces temps-ci, doit nous pousser à repenser nos politiques de sécurité : la paix et la sécurité sont menacées dans toute notre sous-région. Cela traduit, s’il en était besoin de le rappeler, l’urgence de revenir à la charge pour dire que nous devons agir, agir dans le sens de donner des solutions pratiques en lieu et place des déclarations. C’est pourquoi j’ai le plaisir, en dépit de l’immense tristesse que nous éprouvons, de me réjouir aux mesures énergiques prises à la suite de ces actes terroristes et, par voie de conséquence, me féliciter des résultats déjà enregistrés dans la traque de leurs auteurs.

C’est la preuve que le Gouvernement ivoirien a mesuré toute l’ampleur de l’enjeu et reste plus que jamais déterminé, non pas seulement à combattre le terrorisme, mais surtout à le vaincre.

 

Excellence Monsieur le Président,

Nous connaissons l’ennemi, c’est la haine ; c’est cette même haine qui tue à Bamako, à Palmyre, à Bruxelles, à Paris, à Maiduguri, cette même haine qui a tué, naguère, à l’université de Garissa et à Ouagadougou. Alors, de toute évidence, cet ennemi nous ne pouvons le vaincre qu’ensemble, par la mutualisation de nos forces;

j’allaisdire l’expression de la solidarité de notre Communauté, par nos armes relevant de la vitalité de  notre démocratie, par nos institutions symbolisant l’Etat de droit.

A cet égard et à titre illustratif, je salue la coopération avec le Mali qui a permis l’arrestation de suspects et incité les autres pays de la CEDEAO à faire de même. Autrement dit, l’exemple de la coopération entre le Nigéria, le Cameroun, le Niger et le Tchadqui a permis, d’ailleurs, de réduire de manière substantielle la capacité de nuisance de BokoHaram, nous encourage à persévérer dans cette voie.

Excellence Monsieur le Président,

Je me fais le plaisir et l’insigne honneur de rappeler, avec prévenance, les propos de Son Excellence, le Président Alassane Dramane OUATTARA, propos tenus lors du sommet ordinaire des chefs d’Etat et de Gouvernement du 27 Fevrier 2013 à Yamoussoukro, je cite : « Le conflit au Mali nous enseigne l’urgence de bâtir une politique commune de défense fondée sur la mutualisation de nos ressources et sur l’exacte appréciation de l’évolution et de la mutation des menaces auxquelles nos Etats seront confrontés. C’est à ce prix que se poursuivra la construction de notre Union, c’est à ce prix que nos peuples vivront dans la paix». Fin de citation

 

Excellence Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs,

Comme vous avez certainement pu le percevoir, ces propos, j’allais dire prophétiques, se passent de commentaires en ce qu’ils matérialisent à suffisance la pertinence de l’analyse et la clarté de la vision de son auteur, je veux nommer Son Excellence, le Président Alassane Dramane OUATTARA, alors Président en Exercice de la CEDEAO.

C’est d’ailleurs le lieu de saluer les avancées remarquables enregistrées durant ses deux années  de présidence et qui ont vu la CEDEAO gérer, avec succès, les crises politiques et sécuritaires survenues au Mali et en Guinée Bissau, en dépit de leurs complexités géopolitiques et géostratégiques.

Excellence Monsieur le Président,

S’il est à considérer ce qui précède, nous devons, sans ambages, nous inscrire dans une nouvelle dynamique qui sera celle de l’unité, de la solidarité et de politique commune, à tous les égards. Une rupture s’impose, autant que faire se peut, pour adapter nos institutions au rythme de nos besoins.

Ce faisant, si le Parlement de la CEDEAO que je préside n’est plus à présenter, je me vois tout de même dans l’obligation de souligner que sa quatrième législature s’est installée il ya à peine trois mois.

Et ce, en application du principe de la rotation qui fait que le Sénégal, à travers ma modeste personne, en assure à compter de ce moment la présidence pour les quatre  prochaines années.

D’emblée, nous venons ainsi d’achever notre première session extraordinaire tenue à Abuja du 11 au 15 avril 2016 et  je profite de cette occasion pour informer votre Auguste Assemblée des points saillants qui ont sanctionné nos délibérations.

-Il s’agit, notamment :

-De l’adoption du plan stratégique 2016-2020 du Parlement.

-De la feuille de route relative à la relance du processus de renforcement de ses prérogatives.

-De l’examen du budget 2016 du parlement en vue de son ajustement.

A cet égard, je tiens à porter à votre aimable attention que le plan stratégique 2016-2020, adopté par notre session extraordinaire qui vient de s’achever a inscrit cette question parmi les objectifs stratégiques de la législature en cours.

L’article 90 du Règlement Intérieur de la 4ème législature est entièrement consacré aux relations entre le Parlement de la CEDEAO et les Parlements Nationaux des Etats membres.

Il s’agit, entre autres, de promouvoir la coopération interparlementaire au sein de l’espace communautaire en activant divers mécanismes parmi lesquels figurent, d’une part, la possibilité pour le Président du Parlement de la CEDEAO d’adresser des messages aux sessions des Parlements nationaux et vice-versa et d’autre part, l’installation de points focaux du Parlement de la CEDEAO au sein des Parlements nationaux.

Notre présence à cette session prouve une fois de plus votre sens de l’anticipation et j’ose avancer que cette invitation servira de tremplin pour dynamiser l’institutionnalisation de ce mécanisme novateur d’échanges et de coopération entre le Parlement de la CEDEAO et les Parlements nationaux.

Pour conforter une telle perspective il va de soi que l’outil le plus déterminant pour la promotion de la coopération interparlementaire demeure la Conférence des Présidents des Parlements de l’Afrique de l’Ouest qui devrait regrouper, annuellement, les Chefs d’Institution parlementaire de notre sous-région. En tout état de cause ceci serait, à coup sûr, un cadre idéal de partage d’informations et d’échanges autour de grands enjeux de l’intégration.

Il nous faut donc agir pour réactiver cet outil. Dans ce sens, il est heureux de vous rappeler que le Parlement de la CEDEAO l’a déjà inscrit parmi ses activités prioritaires de l’année 2016 et sommes sûrs d’obtenir votre soutien.

Excellence Monsieur le Président,

A propos du renforcement des prérogatives du Parlement de la CEDEAO qui, selon les dispositions de l’article 4 – alinéa 2 du Protocole additionnel A/SP.3/06/06, notre institution devra passer « …Progressivement du rôle consultatif à celui de codécideur puis législatif dans des matières définies par la Conférence»,ce qui est une volonté exprimée des Chefs d’Etat et de Gouvernement qui avaient signé ce Protocole additionnel.

Beaucoup a été fait, dans ce sens, depuis la première législature, et nous savons combien a été important l’apport des plus hautes Autorités de la Côte d’ivoire pour donner une impulsion nouvelle à ce processus.

Comme je l’ai indiqué plus haut, la 4ème législature entend relancer le processus et espère lever toutes les incompréhensions qui ont empêché l’adoption du projet d’actes additionnels, lors du sommet d’Accra du 19 mai 2015.

A ce niveau, je donne l’assurance que la démarche sera consensuelle et inclusive, tout en espérant le soutien de Son Excellence, le Président OUATTARA, ainsi que celui du Gouvernement et de l’assemblée nationale de Côte d’Ivoire.

 

Excellence Monsieur le Président,

A point nommé, cette tribune m’offre également l’occasion d’exprimer la gratitude de la Communauté régionale à votre endroit pour avoir diligenté le pourvoi des sièges de la Côte d’Ivoire restés vacants pendant deux législatures.

En prenant cette décision, vous avez ainsi rendu justice aux citoyens ivoiriens de la CEDEAO et un immense service au Parlement communautaire trop longtemps sevré de la très précieuse contribution des députés ivoiriens.

Je rappelle qu’auparavant j’avais même, en ma qualité de 3éme vice-président de la 3éme législature du Parlement de la CEDEAO, conduit une délégation à Yamoussoukro dans l’optique de négocier la venue des députés au Parlement.

En nous adressant à vous, Excellence Monsieur le Président, nous voudrions témoigner, en même temps, du dévouement et de l’efficacité de nos collègues députés communautaires élus par votre Auguste Assemblée pour siéger au sein du Parlement de la CEDEAO. Et, soit dit en passant, nous saluons le leadership de l’Honorable Aminata Toungara Kamara, 2ème Vice-présidente, qui ne ménage aucun effort pour contribuer au rayonnement et a la stabilisation de notre Institution, avec ses collègues de la Côte d’Ivoire.

 

Excellence Monsieur le Président,

En ma qualité de Président, je ne saurais passer sous silence les forts messages que m’ont toujours inspiré votre parcours personnel et votre grandeur face aux différentes épreuves, particulièrement difficiles que, vous-même et votre peuple, avez  vécues au cours de ces deux dernières décennies.

La République de Côte d’Ivoire, havre de paix, a frôlé à maintes reprises des chaos avec le risque certain d’entrainer avec elle des Etats membres de la CEDEAO. C’est le lieu de le dire, haut et fort, que si l’apport de la communauté internationale a été déterminant dans le sauvetage du pays, il n’en demeure pas moins que le courage et l’abnégation de ses leaders politiques en ont constitué les facteurs décisifs. Parmi eux, un militant acharné de la démocratie, un apôtre de la paix et un panafricaniste avéré, je veux nommer, Son Excellence Guillaume KigbaforiSoro.

 

Mais Excellence Monsieur le Président,

Si, de concert avec vous, nous avons réussi à surmonter ces obstacles, c’est certainement parce que nous partageons l’unique et même philosophie, celle affirmée et incarnée par le Président Alassane Dramane Ouattara qui, dans son célèbre discours au Forum sur la Réconciliation nationale, tenu le 13 novembre 2001, soutenait,

je cite «…l’action politique n’a de sens que si elle a pour finalité le bonheur du peuple» Fin de citation.

 

Excellence Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs,

Vous en conviendrez avec moi qu’une telle assertion, traduite en comportement politique, ne peut que conduire à la modération, à la modestie, à la tolérance, mais aussi à la détermination des valeurs qui vous ont motivé à parcourir villages et hameaux en Côte d’Ivoire afin de prêcher la paix et la réconciliation. Ce sont ces valeurs qui expliquent votre capacité constante à mettre les intérêts vitaux des peuples de la sous-région, y compris des citoyens ivoiriens et burkinabé, au-dessus de toutes les autres considérations.

 

Excellence Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs,

C’est sur cette marque d’admiration et d’invitation à la persévérance que je voudrais conclure mes propos en vous invitant à venir faire une communication lors d’une de nos sessions ordinaire du parlement de la CEDEAO. Nous fixerons en commun accordcette date.

Somme toute, Excellence, il ne saurait être question à ce niveau de tribune, de finir mon allocution sans vous faire part des encouragements et du soutien de Son Excellence M.Macky SALL, Président en exercice de la CEDEAO, pour toutes les actions que la Côte-d’Ivoire mène pour l’intégration et l’union des peuples de la Communauté.

VIVE LA CEDEAO POUR QUE VIVENT NOS PEUPLES EN PAIX ET EN SECURITE

VIVE LA COTE D’IVOIRE

VIVE LE SENEGAL

Je vous remercie de votre aimable attention.

Thankyou

Obrigado

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here