Accueil Economie Développement sous régional avec l’Eco : Moustapha Kassé donne les recettes

Développement sous régional avec l’Eco : Moustapha Kassé donne les recettes

553
0
PARTAGER
Pr Moustapha Kassé
Pr Moustapha Kassé

Depuis l’annonce de la naissance de l’Eco pour remplacer le Franc Cfa, prévue au mois de juillet 2020 prochain, le débat continue de s’alimenter sur l’opportunité de cette nouvelle monnaie, attisé par l’opinion et les économistes eux-mêmes. Mais l’Economiste le Pr Moustapha Kassé, sur les ondes de Sud Fm, est convaincu que le FCFA n’a pas pu juguler la pauvreté encore moins de mettre les pays sur les rails de l’émergence. Par contre, avec l’Eco, une lueur d’espoir semble apparaître si et seulement si les dirigeants revoient leur politique monétaire. Le Pr Kassé a donné les recettes pour atteindre l’objectif de développement tant aspiré.

Pour que l’Eco développe les pays de la sous-région, le Pr Moustapha Kassé pense qu’il faut d’abord se mettre à niveau de restructuration de toutes les politiques de développement, modifier l’environnement économique et qui doit se faire avec le secteur privé considéré comme moteur de croissance et de création d’emplois.

Aussi, a-t-il indiqué, la dynamique de développement africain ne nous viendra que par l’industrialisation. C’est pourquoi il invite les dirigeants à revoir leur politique monétaire et d’orientation du système productif en s’inspirant du modèle des zones d’expansion économique que les Chinois ont développées à travers le monde. Le Pr Moustapha Kassé de poursuivre : «Le recouvrement des réserves est une très bonne chose en ce sens que le surplus de cette manne financière peut être placé ailleurs».

Conscient du fait que nous assistons à la disparition progressive des frontières liées à la mondialisation avec son corollaire de dérégulations monétaires et de désintermédiations, le Pr Moustapha Kassé prône de retravailler sur le système productif en changeant certaines structures.

Par ailleurs, il invite ceux qui savent sur les politiques monétaires à sortir de leur silence pour jouer correctement leur rôle. «Les gens n’apprennent plus. En Afrique, on est toujours dans les slogans et ceux qui savent s’emmurent. Ceux qui ne savent pas occupent l’espace public pour parler des questions économiques et monétaires», a-t-il regretté avant de faire remarquer que « la monnaie est d’abord un rapport de confiance et de compétence». D’où son appel à faire confiance aux techniciens de la monnaie pour définir une bonne option de parité et de flexibilité. Car, selon lui, «l’obstacle au développement africain réside dans le système économique lui-même, lié à une sorte de mythologie qui influe sur la politique monétaire. Mais également le fait que notre continent a un problème d’option politique ». (Avec Kritik)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici