Coupe du monde 2018 : les Sénégalais refusent de s’emballer

Coupe du monde 2018 : les Sénégalais refusent de s’emballer

61
0
PARTAGER

REPORTAGE. À l’issue du tirage au sort de vendredi, le Sénégal a hérité d’une « poule jouable ». Supporteurs et joueurs préfèrent cependant rester prudents concernant la qualification au tour suivant.

Contrairement au Maroc, à la Tunisie et au Nigeria, le tirage au sort de la Coupe du monde 2018 a été relativement clément pour les Lions de la Téranga. Dans le groupe H, ils vont affronter la Pologne, le Japon et la Colombie, des équipes tout à fait à leur portée si l’application et la concentration ne leur font pas défaut. Aussi, dès la fin de la cérémonie qui s’est déroulée vendredi en Russie, les réactions n’ont pas tardé.

Ce sera difficile…

L’une des premières est venue du capitaine des Lions Cheikhou Kouyaté. Interrogé par la télévision sénégalaise, le joueur de West Ham a jugé la poule difficile, mais abordable. « Les matches seront difficiles, la Pologne est une équipe toujours en place tactiquement. La Colombie, il faut être prêt à faire face sur le plan technique et physique ; quant au Japon, ce sont des joueurs infatigables », a-t-il réagi, avant de recommander à ses coéquipiers de « mouiller le maillot pour se qualifier au second tour ». Même son de cloche chez le directeur technique national (DTN), Mayacine Mar. Sur le plateau de la RTS au moment du tirage, le technicien a estimé que la poule du Sénégal était jouable. Même si au final, ajoute-t-il, « tout se jouera sur le terrain ». « Sur le plan du potentiel et de la qualité, les Lions ont une carte à jouer dans cette poule », a poursuivi le DTN.

Depuis Moscou où il se trouvait pour les besoins du tirage, Aliou Cissé, le sélectionneur national, a averti ses poulains en lançant un « rien ne sera facile » des plus prudents. Toutefois, Cissé, rappelant la qualité de ses joueurs, pense qu’ils peuvent « écrire une nouvelle page de l’histoire du football sénégalais ».

Interrogé par l’Agence de presse sénégalaise (APS), le président de la Fédération sénégalaise de football, Augustin Senghor, a fourni une analyse intéressante. Il exhorte les Sénégalais à garder une certaine humilité en se basant sur le palmarès en Coupe du monde des adversaires du Sénégal. Le Japon en est à sa 6e participation consécutive à la Coupe du monde depuis 1998, la Pologne à sa 8e participation, dont 2 demi-finales en 1974 et en 1982, la Colombie à sa 6e participation. « Il ne faut surtout pas oublier que malgré la formidable campagne de 2002 où le Sénégal avait atteint les quarts de finale, toutes les autres équipes de la poule H ont plus de vécu en Coupe du monde que les Lions », a-t-il fait remarquer. Et d’ajouter : « Nous sommes des outsiders dans ce groupe. Certes, nous n’avons pas hérité de la poule du Brésil, de l’Allemagne ou de l’Espagne, mais on doit faire attention parce que la Colombie ou la Pologne sont devant nous au classement Fifa. »

… mais jouable

Amara Traoré, ancien sélectionneur national (2009-2012), croit fortement que le Sénégal peut prétendre au deuxième tour dans cette poule. « Le tirage n’est pas clément, mais les Lions ne doivent pas y aller en jouant petit bras. Nous avons nos chances dans cette poule. Tout se jouera sur le terrain », a soutenu pour sa part le technicien saint-louisien.

De son côté, l’ancienne star du football sénégalais, El Hadj Diouf, affiche un optimisme de bon aloi. Prenant le contre-pied des opinions mesurées des uns et des autres, il estime que le tirage est plus que favorable aux Lions de la Téranga. « Avec les joueurs que nous avons, nous pouvons passer ce premier tour », a-t-il martelé sur le plateau de BFM SPORT TV.

Optimisme dans les rues et sur la Toile

Dans les rues de Dakar, on affiche le même optimisme. Assis au coin d’une rue du quartier des SICAP, trois jeunes « refont le tirage ». Assane pense que le Sénégal passera facilement le premier tour, tandis que Pape désigne déjà les deux favoris du groupe : la Pologne et, bien sûr, le Sénégal. Seul Adama invite à la prudence, car pour lui les Lions vont affronter deux attaquants redoutables : Lewandowski de la Pologne, et Falcao de la Colombie. Une prudence que Lamine, occupé à faire son sport juste à côté, balaie d’un revers de main. Pour cet étudiant en droit, « avec Diao Baldé et Sadio Mané, les Lions disposent d’une attaque de feu qui ne doit craindre personne ». Ce à quoi Pape ajoute qu’il faudra quand même bien exploiter les matches amicaux pour construire un collectif plus solide avec un fort esprit d’équipe.

Sur Facebook, Mamadou, à l’instar de nombreux jeunes Sénégalais, pense que la poule du Sénégal est équilibrée. « Chaque équipe a une chance pour se qualifier », lance-t-il, alors que Habib, lui, prévoit déjà trois défaites pour le Sénégal. « La Pologne, la Colombie et le Japon sont supérieurs tactiquement au Sénégal. Trois matches, trois défaites », assène-t-il. Sur Twitter, LecterFro invite les Sénégalais à la mobilisation et leur conseille de ne pas « vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué ». Ce à quoi Babo réagit en se montrant convaincu que, avec un tel tirage, le Sénégal peut faire mieux qu’en 2002.

Bien gérer la logistique

En attendant, une chose est sûre : le Sénégal jouera contre la Pologne à l’Arena de Moscou le 19 juin, avant d’affronter le Japon et la Colombie, respectivement les 24 juin et 28 juin, à Ekaterinbourg puis à Samara. Pour les responsables de la Fédération sénégalaise de football, il s’agit maintenant de trouver un site à mi-distance entre les trois villes où le Sénégal jouera ses matches du premier tour.

Par Le Point Afrique

Laisser une réponse