Accueil Actualité Contributions Bravo, Monsieur le Président ! (Par Mamadou Mouth BANE)

Bravo, Monsieur le Président ! (Par Mamadou Mouth BANE)

28
0
PARTAGER
Mouth Bane
Mouth Bane
Aujourd’hui, nous saluons un acte majeur posé par le chef de l’Exécutif, Macky Sall : «Concertation autour de la gestion de nos ressources». Une grande première dans le monde. Nous refusons d’être les prisonniers de préjugés factices et d’un nihilisme aveugle, en voyant toujours d’un mauvais œil toutes les décisions prises par le Président Sall. Non ! Il y a des jours où la Nation, dans sa diversité, doit s’unir pour parler d’une seule voix. Mais, malheureusement, la politique de «ôte toi que je m’y mette» oblitère toute volonté d’unité nationale.
Chaque Sénégalais est libre de répondre à une invitation émanant du chef de l’Etat ou d’une quelconque personnalité. Mais, dans le cas des concertations initiées par le président de la République, sur la gestion de nos ressources énergétiques, l’Opposition a, encore une fois, tort de boycotter cet appel. La politique de la chaise vide n’est jamais rentable.

Alors, il était dans l’avantage politique de cette Opposition de profiter d’une tribune transmise en direct sur les chaînes de télévision et dans les réseaux sociaux, pour donner son point de vue sur la gestion qu’elle juge calamiteuse des ressources minières. Dommage que nous vivons dans un pays où tout est politique et politisé. Même les fêtes religieuses n’échappent pas à ce handicap sociétal, estampillé tel un cachet sec, sur notre identité commune.

L’Opposition devrait comprendre que son absence aux concertations initiées par le chef de l’Etat ne pourra pas empêcher le soleil de se lever à l’Est. Son intérêt, c’est d’être présente aux rendez-vous pour faire prévaloir ses idées, son programme et laisser la liberté au peuple, seul arbitre souverain, de choisir. Le meilleur des opposants n’est pas le plus nihiliste d’eux. Au contraire !
Le président de la République a posé un acte inédit dans l’histoire politique du Sénégal et du monde. Jamais un Président n’a pris l’initiative d’inviter toutes les forces vives de la Nation pour discuter de la gestion de nos ressources de son pays. En fait, aucune loi ne l’y exige. C’est par esprit d’ouverture qu’il a accepté d’inviter les Sénégalais et de les écouter. Certes, dans ses six ans de gouvernance, la concertation et le dialogue n’ont jamais été une priorité. Maintenant, s’il décide de changer dans le bon sens, osons l’encourager pour, ensuite, avoir la liberté de le critiquer et de dénoncer ses maladresses, si demain, il passait outre. Les flagorneurs défavorisent Macky, les nihilistes décrédibilisent l’action de l’Opposition.

Des idées pertinentes ont été émises par les participants issus de toutes les couches sociales du pays. D’ailleurs, la classe politique a été numériquement minoritaire dans la salle, lors des débats. Cette rencontre a eu le mérite de confirmer que sous peu, notre pays sera l’un des plus prospères d’Afrique, si effectivement les revenus ne s’évadent pas dans les comptes offshores des pilleurs. Le Sénégal sera la destination privilégiée des investisseurs, qui se bousculeront à nos portes. Qu’il soit réélu en 2019 ou pas, le Président Macky Sall a déjà dégagé les orientations pour une gestion transparente des ressources nationales. N’est-il pas important de préciser qu’il n’a jamais été question, à l’occasion des concertations, de discuter de la signature des contrats pétroliers ou gaziers déjà en vigueur ?

On ne peut pas souhaiter la défaite des Lions au Mondial, parce qu’on est opposant au régime de Macky Sall. C’est inadmissible ! Il n’est pas dit que, lorsqu’on refuse de s’asseoir autour d’une même table avec le président de la République, on gagne le galon de «Meilleur opposant» du pays. C’est à la limite de l’enfantillage. C’est le lieu de saluer le courage du Pr Malick Ndiaye et de Me Mame Adama Gueye, qui ont accepté de participer aux débats pour défendre leur point de vue et critiquer les maladresses du Gouvernement dans la gestion des affaires publiques. Cela s’appelle le «Courage politique».

Depuis toujours, les opposants sénégalais oublient qu’ils ont des comptes à rendre à leurs militants. Ils ne sont pas aussi autonomes qu’ils le pensent, car leur mission, c’est d’être présent dans les occasions de concertation pour défendre les populations qui leur ont confié ce mandat. Mais, les sempiternelles absences des opposants aux invitations du chef d’Etat traduisent une volonté manifeste, pour eux, de fuir leurs responsabilités face aux Sénégalais. Tous devraient s’armer de courage pour aller affronter le regard de Macky Sall, afin de lui cracher leur vérité, dans sa gestion du pays. Mais, pour gouverner, tout comme pour s’opposer, il faut avoir le courage d’affronter l’adversaire en face et dans les idées. Ayons le courage de nos idées. Assumons ce que nous écrivons et disons sur la marche du pays.

Le Président Sall mérite les félicitations de tous les citoyens sénégalais, pour son initiative. Nous sommes à l’aise en le disant, parce que nous sommes libres de tout engagement vis-à-vis de lui et de ses adversaires. Bravo, Monsieur le Président ! Continuez sur cette lancée, en ouvrant des concertations aussi sérieuses et sincères sur le processus électoral, en vue d’avoir des élections incontestables, parce que transparentes.

Nous rêvons d’un Etat de Droit, démocratique et respectueux des droits humains. Un Etat où Opposition et Pouvoir se mettent autour d’une table pour discuter des affaires de la Cité. Et à l’heure du bilan, chacun ira solliciter les suffrages des Sénégalais, libres de choisir leurs dirigeants. Mais, les querelles crypto-personnelles entre hommes politiques ne doivent guère influencer la marche de la République.

L’absence des opposants aux concertations d’hier est une preuve de leur pusillanimité, qui rappelle les atermoiements du président Sall qui, lui-même, semble avoir peur de se débarrasser du ministre Mame Mbaye Niang, malgré sa démission.

Mamadou Mouth BANE

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here