Accueil Actualité People APPEL : INITIATIVE POLITIQUE CITOYENNE « FIPPU – ALTERNATIVE CITOYENNE »

APPEL : INITIATIVE POLITIQUE CITOYENNE « FIPPU – ALTERNATIVE CITOYENNE »

149
0
PARTAGER
Fippu
Fippu

Ferloo. com-Le Sénégal va mal et les Sénégalais sont fatigués. Cette situation, qui ne peut perdurer au risque de sacrifier notre existence et l’avenir de nos enfants, appelle une mobilisation de tous les patriotes contre les maux dont il souffre, en particulier :

–              une vision du développement basée sur de mauvais choix économiques ;

–              l’assujettissement des  choix de politiques nationales aux intérêts étrangers ;

–              l’absence d’une véritable politique sociale, la paupérisation croissante de nos populations, urbaines et rurales et le pillage de nos ressources ;

–              la persistance, voire l’aggravation d’un chômage endémique, surtout au niveau des jeunes et des femmes ;

–              les attaques contre les droits et libertés des citoyens, notamment de manifestation et de vote ;

–              la déliquescence de nos services publics, gangrenés par la corruption, ainsi que des secteurs de l’éducation et de la santé, en constante ébullition ;

–              la perte des valeurs fondamentales de notre société et des principes républicains ;

–              le sectarisme, le clanisme et l’absence d’éthique et de reconnaissance du mérite, à l’origine du discrédit de la politique.

Le président sortant est aujourd’hui disqualifié pour continuer à mériter notre confiance et à présider au destin de notre pays. Il n’a, ni suivi les orientations de la Charte de gouvernance démocratique des Assises nationales qu’il avait signée, ni respecté son engagement à réduire le mandat présidentiel de sept à cinq ans et à se l’appliquer, ni tenu sa promesse de mettre en œuvre une gouvernance « sobre et vertueuse ».

Tirant les leçons du non-respect de l’esprit des Assises nationales et de la CNRI, ainsi que des incuries de gestion du pouvoir actuel, nous, citoyennes et citoyens Sénégalais soucieux du devenir de notre pays, avons décidé de mettre sur pied une Initiative politique citoyenne pour promouvoir une alternative véritable tournant le dos aux pratiques politiciennes en cours.

QUI SOMMES-NOUS ET QUE VOULONS-NOUS ?

Nous sommes un groupe de patriotes Sénégalais intègres, de toutes générations et de toutes professions, vivant à l’intérieur du pays comme dans la diaspora, conscients que le Sénégal nous appartient à tous et que son sort nous lie.

Notre Initiative politique citoyenne (IPC) est lancée par des personnalités individuelles, ainsi que par des membres de mouvements citoyens, d’organisations de la société civile et de formations politiques, qui ont engagé des concertations en vue de créer une vaste plateforme politique pour une alternative véritable, d’élaborer un plan d’actions et de formuler un programme alternatif pour la bonne gouvernance du pays.

L’IPC a comme objectif de mobiliser tous les citoyens conscients des dérives et méfaits de deux « alternances » ratées et désireux de mettre fin à la pauvreté des populations, à l’affaissement de la vie démocratique, à la persistance de la politique politicienne et à la perte des valeurs qu’illustrent, de manière scandaleuse, la transhumance et la corruption.

Notre indignation est grande et à la mesure de notre détermination à ne pas continuer à subir le cours de ce cercle vicieux. Nous voulons un changement profond. Nous voulons redonner à la politique ses lettres de noblesse, en lui faisant assumer sa mission de transformation sociale pour le mieux-être des populations, à travers une offre alternative inclusive permettant une requalification de la classe et du personnel politiques, ainsi qu’un changement de la culture et des pratiques politiciennes. Cette offre sera traduite dans un projet porté par un collectif et destiné à :

1)            mettre en place des institutions crédibles, équilibrées et dignes d’un authentique Etat de droit ;

2)            restaurer les valeurs républicaines et approfondir la démocratie, pour plus de libertés, de droits et de responsabilités reconnus aux citoyens ;

3)            impulser des politiques de développement économique et social propres à assurer notre souveraineté, éliminer la pauvreté et améliorer notablement les conditions de vie des  populations ;

4)            relancer les secteurs de production, favoriser le développement du secteur privé grâce à un véritable patriotisme économique et promouvoir l’emploi, notamment des jeunes et des femmes, ainsi que l’auto-emploi et l’entreprenariat ;

5)            assurer des modes de gestion plus transparents et plus efficaces de nos ressources financières et naturelles, notamment minières, énergétiques et foncières ;

6)            sensibiliser les  populations aux  enjeux et exigences d’une société digne et respectable qui élève l’éthique, la discipline et la rigueur au rang de valeurs fondamentales.

Nous voulons passer :

–              d’un présidentialisme omnipotent à l’approfondissement de notre système  démocratique ;

–              de la  vassalisation de l’institution parlementaire et de l’appareil  judiciaire à un réel équilibre des pouvoirs et à l’Etat de droit ;

–              de la soumission de notre économie aux intérêts  étrangers à un véritable patriotisme économique ;

–              d’une concentration administrative excessive et bureaucratique à une territorialisation effective des politiques publiques et à une décentralisation réelle, par le transfert aux collectivités locales des ressources financières et fiscales devant leur permettre d’assumer les compétences dévolues.

L’IPC se veut un creuset patriotique de femmes et d’hommes compétents et vertueux, engagés solidairement dans la tâche citoyenne de construction  d’une véritable offre politique de rupture qui transcende  les intérêts partisans et/ou individuels.

A travers une démarche collective qui s’oppose aux luttes de positionnement personnel et aux approches basées sur des candidatures individuelles autoproclamées, lesquelles perpétuent la personnalisation du pouvoir politique, nous créerons une dynamique fédérant des sensibilités différentes pour travailler sur un programme alternatif de gouvernement permettant, par la conjugaison des intelligences, d’offrir au pays les capacités et les perspectives de transformation dont il a besoin.

C’est pourquoi, dans l’immédiat, il nous paraît indispensable de commencer par nous engager dans les combats en cours pour des élections fiables et transparentes, ainsi que dans un soutien indéfectible aux secteurs sociaux en lutte et aux forces vives du pays en général.

AVEC QUI CHEMINERONS-NOUS ?

L’IPC est ouverte à toutes les Sénégalaises et tous les Sénégalais qui comptent œuvrer pour le développement du pays, en plaçant l’intérêt général au-dessus de toute autre considération.

Nous lançons le présent Appel à toutes les forces vives du pays, soucieuses du devenir du Sénégal et mues  par l’espérance de profonds changements dans la gestion du pays, pour venir participer activement à la définition et à la mise en œuvre de cette nouvelle offre politique, afin de :

–              réaliser une « alternative de rupture » productrice d’un nouveau système politique, à la place de deux alternances trahies qui se sont inscrites dans la continuité de la mauvaise gestion et de la patrimonialisation de l’Etat ;

–              permettre à tous les adhérents à cette initiative, sans exclusive, de participer à l’identification et à  la désignation d’une équipe intergénérationnelle de femmes et d’hommes dont les profils et capacités sont les mieux adaptés à la mise en œuvre du programme de rupture ;

–              sélectionner sur cette base collégiale le candidat présidentiel, qui s’engagera, avec les membres de l’équipe, à se consacrer à la réalisation des réformes attendues dans le cadre d’un mandat unique de transition, ce qu’aucun politicien professionnel du fait de ses alliances et de ses calculs pour l’avenir ne pourrait mettre en œuvre.

C’est à partir du nouvel environnement politique ainsi créé, avec des institutions et des pratiques politiques assainies pendant cette période de transition, que le nouveau système politique promu permettra d’assurer un saut  qualitatif au jeu démocratique, incluant une responsabilisation accrue des jeunes leaders politiques devant incarner la relève générationnelle.

Cette dynamique de rupture sera maintenue après l’élection présidentielle, dans le cadre des équipes constituées sur le terrain, pour :

–              d’une part, se mobiliser autour des enjeux des élections locales suivantes, pour l’investiture, au-delà des référentiels partisans et clivages politiciens,  de citoyens crédibles et ancrés dans leurs communautés comme gage d’approfondissement de la démocratie participative et de satisfaction des besoins essentiels et sociaux des populations à la base ;

–              et, d’autre part, soutenir fortement, durant toute la période de transition, les conditions et facteurs de réussite des réformes constitutives de la rupture.

Sénégalaises, Sénégalais, le temps du sursaut national est venu. Levons-nous et disons « Assez » ! Assez de la patrimonialisation de l’Etat ! Assez du bradage de nos richesses nationales et du détournement de nos deniers publics ! Assez des entorses aux libertés publiques ! Assez du dévoiement de l’idéal démocratique sénégalais ! Assez de la prise en otage de notre pays par des politiciens professionnels ! Assez de toutes les dérives qui compromettent  notre avenir et surtout celui de nos enfants et petits-enfants !

Ensemble, mobilisons-nous pour une alternative véritable, afin de bâtir une nouvelle République reposant sur une bonne gouvernance pour la satisfaction des besoins essentiels des populations, dans un Sénégal débarrassé de la corruption, de la concussion, des inégalités sociales et de l’injustice et placé sous le signe d’un développement endogène, solidaire et durable, dans une Afrique unie !

Pour participer à cette initiative, nous vous invitons à prendre contact avec le Comité ou à vous inscrire directement au niveau des sites ci-dessous indiqués.

Vive le Sénégal ! Vive l’Afrique !

Dakar, le 18 avril 2018

SIGNATAIRES DE L’APPEL :

Cheikh Sadio BARRO, cadre administratif ; Aly F. BA, professeur d’anglais ; Abdoulaye BATHILY Jr, gérant de société ; Souleymane Guèye CISSE,  ; Mariama CISSOKHO, agent de recettes ; Abdoul Aziz DIAGNE, enseignant à la retraite ; Moustapha DIAGNE, électricien auto ; Djibril DIALLO, animateur culturel ; Mamadou Woury DIALLO, inspecteur du Trésor ; Cheikh Bamba DIEYE, député ; Elhadj Ibrahima DIOP, professeur de médecine ; Ndèye DIOP, enseignante ; Ndèye Rosalie DIOP, spécialiste microfinance ; Sira DIOP, institutrice ; Boucar DIOUF ; Bougar DIOUF, informaticien ; Mamadou DJIGO, dirigeant d’entreprise de communication ; Bou DOUKOURE, consultant aéronautique ; Bruno d’ERNEVILLE, chef d’entreprise ; Kalidou FALL, professeur d’anglais ; Issa FALL, étudiant ; Marième FALL, assistante administrative ; Moctar FALL, chef d’entreprise ; Rokhaya Daba FALL, ingénieure agronome ; Alphonse FAYE, enseignant ; Assane FAYE, étudiant ; Christine Sophie FAYE, professeure de lettres ; Daouda FAYE, enseignant ; Malick FAYE, professeur d’histoire ; Wagane FAYE, avocat ; Magatte GAYE, enseignant ; Abdoulaye GUEYE, syndicaliste ; Abdourahmane GUEYE, syndicaliste ; Falilou KANE, financier ; Mimesane KANE, professeure de lettres ; Khady KANE, cadre de banque ; Alassane KITANE, professeur de philosophie ; Ibrahim Brice KOUE, professeur d’université ; Serge KOUE, consultant ; Ibrahima  MANE, syndicaliste ; Mandaw MBAYE, professeur ; Adama MBENGUE, commerçante ; Ibrahima NDIAYE, professeur de SVT ; Maimouna NDIAYE, économiste ; Mamadou Lamine NDIAYE, gérant de société ; Pape Mbaye NDIAYE, ouvrier ; Yaye Fatou NDIAYE, enseignante ; Rokhaya NDIOUR, syndicaliste ; Hamet NDOUR, chef d’entreprise ;  Djibril NGOM, économiste ; Souleymane Nasser NIANE, expert international ; Amadou Sène NIANG, consultant ; Mamadou NDOYE, consultant international ; Aby PAYE, pharmacienne ; Abdoul Aziz PAYE, juriste ; Ndèye Khady SALL, consultante marketing et communication ; Mohamed SALL SAO, expert international ; Ousmane SANE, économiste ; Mohamed Sidy SANOKHO, ingénieur ; Famara SARR, ancien député ; Yaya SARRE, professeur de mathématiques ; Alphonse Djilène SENGHOR, professeur d’anglais ; Famara SEYDI, électricien ; Bintou SIDIBE, enseignante ; Ibrahima SILLA, professeur de science politique ;  Lika Scott SOW, ingénieure des mines ; Jean-Charles TALL, architecte ; Saliou THIOUB, mécanicien ; El Hadj Mohamadou Mansour THIOYE, commerçant ; Balla TIMERA, électrotechnicien ; Maro Kâ TIRERA, comptable ; Oussouby TOURE, sociologue ; Racky WANE, élue locale, Pape SARR, Educateur spécialisé.

 

ORGANISATIONS PARTIES PRENANTES :

A.D.S. GARAP ; AVENIR, SENEGAAL BI ÑU BËGG ; FSDBJ ; LABEL SENEGAL ;  L.D. DEBOUT ; LENEEN AK ÑENEEN ; MPR ; MRDP ; MRS .

Laisser une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here