http://www.ferloo.com/_images/gestion/web2_google.gif

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les perturbateurs endocriniens inquiètent les agences de l'Onu


Rédigé le Jeudi 21 Février 2013 à 20:34 | Lu 395 fois | 0 commentaire(s)

Dans un rapport, deux agences de l’Onu appellent à davantage de recherches sur les perturbateurs endocriniens. Ces composés, qui altèrent nos systèmes hormonaux, seraient à l’origine de nombreuses pathologies allant du cancer aux troubles de la fertilité en passant par des maladies neurologiques.


Les perturbateurs endocriniens inquiètent les agences de l'Onu
De nombreuses substances chimiques, dont les effets perturbateurs sur le système endocrinien pourraient favoriser l'émergence de cancers ou de troubles du système nerveux, doivent faire l'objet de recherches approfondies, plaident deux agences de l'Onu dans un rapport publié mardi.
 
Le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) mettent en évidence les risques que représentent ces substances, appelées perturbateurs endocriniens, quand elles pénètrent dans l'environnement.
 
Certains perturbateurs endocriniens sont naturels alors que d'autres, présents dans les pesticides, les appareils électroniques, les produits d'hygiène personnelle et les cosmétiques, sont synthétiques, souligne l'étude. « Près de 800 substances chimiques sont reconnues ou suspectées d'interférer avec les récepteurs hormonaux et avec la synthèse ou la conversion des hormones », soulignent les agences. « Toutefois, seule une petite fraction de ces substances ont été étudiées par des tests à même d'identifier leurs effets perturbateurs », ajoutent-elles.
Des perturbateurs endocriniens qui rendent malade
 
Ces perturbateurs chimiques entrent dans l'environnement « principalement par le biais des effluents industriels et urbains, le ruissellement des terres agricoles et l'incinération et le rejet des déchets » et l'être humain y est exposé via la nourriture, la poussière, l'eau ou quand il inhale du gaz ou des particules présents dans l'air.
 
Le cancer du sein, dont on voit des cellules à l'image, est souvent sous l'influence des œstrogènes. Les perturbateurs endocriniens, qui peuvent avoir les mêmes effets physiologiques que l'hormone féminine, pourraient donc contribuer au développement des tumeurs mammaires.
 
Ils peuvent contribuer à plusieurs types de pathologies, comme « la cryptorchidie (absence d'un ou des deux testicules dans le scrotum) chez le jeune garçon, du cancer du sein chez la femme, du cancer de la prostate, de troubles du développement du système nerveux [...] chez l'enfant, ainsi que du cancer de la thyroïde », selon les agences de l'ONU.
Quel rôle jouent-ils ? On ne sait pas exactement…
 
Dans certains pays, jusqu'à 40 % des jeunes hommes ont un sperme de mauvaise qualité, ce qui altère leur capacité à concevoir un enfant, souligne par exemple le rapport, qui rappelle aussi que « le taux global de cancers liés au système endocrinien a augmenté sur les 40 à 50 dernières années ».
 
Pour autant, soulignent l'OMS et le PNUE, les connaissances encore « très lacunaires » ne permettent pas de connaître précisément le rôle des perturbateurs chimiques dans l'augmentation de ce type de pathologies, d'autres facteurs environnementaux ou « non génétiques », comme l'âge et la nutrition, pouvant aussi jouer. « Nous devons mener d’urgence davantage de recherche », conclut dans un communiqué Maria Neira Directeur du Département Santé publique de l’OMS.

Futura-sciences.com





Santé


Nouveau commentaire :





Inscription à la newsletter

Ferloo tv


Facebook




Ferloo KIOSQUE

Seneweb Homeviewsenegal
Le Soleil WalFadjri
Pressafrik Ndarinfo
Dépêches APS PoliticoSN
Xibar.net Reussir Mag
Le Populaire Piccmi.com
DakarActu net Expressnews
Leral Net Sunuker
Sen24heures Le Peuple
SenXibar Apanews
Yekini.com Sununews
La Gazette Bitimrew
Nettali.net FaceDakar
Dakarfoot Dakar Matin
Koldanews L'Office


LES PARTENAIRES

S'identifier