REVUE DE PRESSE DU JEUDI 09 FEVRIER 2017 (Par Ndiaga Diouf)

Le substitut général de la Cour d’appel de Dakar qui a démissionné du Conseil supérieur de la Magistrature explique son acte à la UNE de l’OBS. Il dit mesurer la portée de son acte et ne veux pas mettre en avant sa personne mais c’est un combat de principe. Ibrahima Hamidou Dème fait constater qu’il y a un problème dans la manière dont les magistrats sont choisis. Un manque de transparence dans le fonctionnement du Conseil supérieur de la Magistrature. Voilà pourquoi il a assimilé cela à une crise qui est assez profonde et qui se répercute dans les décisions de justice. Mais le journal pense que le magistrat, à l’analyse des faits, risquerait le même sort qu’Ousmane Sonko pour avoir violé l’obligation de réserve. Ibrahima Hamidou Dème répond que l’obligation de réserve n’est pas un confinement au silence. La TRIBUNE informe que cette sortie était prévisible et elle fait suite à celle de l’Union des Magistrats qui dénonçait « les immixtions intempestives du pouvoir Exécutif dans le fonctionnement de l’appareil judiciaire » ainsi que « les sorties maladroites des pouvoirs publics à l’égard de décisions de justice rendues ». Dans LES ECHOS des magistrats qui gardent l’anonymat ont dénoncé les immixtions de l’Exécutif et accusent les hauts magistrats qui lui donnent les coudées de franche. Le journal rapporte qu’il y a eu des contradictions entre magistrats sur les décisions prises par la justice dans les affaires Bamba Fall et Barthélémy Dias. Pour Abdoul Mbaye à la UNE du journal ENQUETE, « une partie de la justice est utilisée à des fins politiques ». L’ancien PM est convoqué aujourd’hui devant le juge de Grande instance de Dakar pour répondre des accusations de faux en écriture publique, usage de faux et falsification de documents administratifs, portées par son ex-épouse.

Pour la politique et la justice, WALFQUOTIDIEN informe que le juge a écarté le délit de tentative d’assassinat contre Bamba Fall. Le maire de la Médina a été entendu hier et un de ses avocats Me El Hadji Diouf déclare dans le journal que « Bamba est resté zen tout au long de son audition et sera bientôt libre ».

On reste dans le domaine de la justice avec LIBERATION qui annonce que les autorités libériennes ont sollicité Interpol pour voir plus clair dans l’affaire du Hispasen 7 du nom de ce navire battant pavillon sénégalais immobilisé depuis le 3 février dernier.
L’équipage est mis aux arrêts depuis lors. Les autorités libériennes soupçonnent le navire d’être au centre d’un vaste trafic en raison de la quantité importante de savon qui a été retrouvée à son bord.

DIRECT INFO parle de la colère du chef de l’Etat dans un marché qui oppose l’Agence pour l’Electrification rurale (Aser) et Myna Distribution pour des travaux d’électrification rurale pour des centaines de villages. Selon le journal Myna Distribution a encaissé 24 milliards FCFA mais peine à respecter ses engagements. Ce qui a soulevé l’ire du chef de l’Etat.

Pour la panne de l’appareil de radiothérapie. L’ordre des médecins réclame dans VOX POPULI un Conseil national dédié à ce problème pour pouvoir situer les responsabilités.

Hier c’était le Conseil des ministres. Le SOLEIL met en exergue la communication du chef de l’Etat relative à l’Enseignement supérieur. Macky Sall invite le gouvernement à veiller à l’application rigoureuse des décisions présidentielles issues de la concertation nationale sur l’avenir de l’enseignement supérieur et la recherche, notamment l’impératif de doter les structures universitaires et de recherche, de locaux fonctionnels, d’équipements pédagogiques et d’infrastructures sociales adéquats.

L’AS nous parle « des bons points de Matar Cissé ». Selon le journal la situation actuelle de la société est étincelante. Cela grâce au Plan Yessal (reconstruction) mis en place sous les cendres du Plan Takkal et qui porte sur près de 840 milliards FCFA. Un Plan qui va de 2015 à 2020 et qui a déjà trouvé près de 230 milliards FCFA, selon le DG Mouhamadou Matar Cissé.

Le TEMOIN fait un focus ce matin sur « les véritables causes de la violence dans la banlieue de Dakar ». Cette phrase à la UNE du journal, « face au chômage, à la pauvreté et au manque de perspectives, la violence constitue le seul exutoire de la jeunesse ».

En politique, SUDQUOTIDIEN soutient que la polémique s’installe relativement au choix de Moustapha Niasse comme tête de liste de Benno aux législatives de 2017. Si le choix est confirmé, cela portrait « un coup de poignard au rajeunissement de la classe politique » selon le journaliste Momar Seyni Ndiaye. Pour sa part Bouna Mohamed Seck répond en soutenant que Moustapha Niasse n’a jamais été demandeur d’un quelconque poste et que personne ne peut entacher son honneur.

Le QUOTIDIEN fait constater que le président Aziz de la Mauritanie renforce ses relations avec Conakry et Bissau après l’exil de Jammeh. Ainsi le président mauritanien essaie de redéployer au sud du Sénégal après la chute de Jammeh.

Cet accident horrible à la UNE de VOX POPULI. Un enfant de 7 ans de l’école Stella Mariste de Ouakam est tombé d’un car scolaire avant de se faire écraser par le véhicule. Cela s’est passé hier aux environs de 13 heures.

Un mois après sa disparition, l’album posthume de l’artiste Ablaye Mbaye est présenté hier au public. L’album intitulé « Intérêt général » sera mis en vente à partir de lundi et les recettes versées à sa famille. Les journaux L’OBS, l’AS, le SOLEIL, le TEMOIN, ENQUETE informent que les derniers souhaits de l’artiste sont réalisés par de bonnes volontés. Par exemple le DG des Aéroports du Sénégal (ADS), Papa Maël Diop, va acheter 2000 CD, offrir un terrain de 225 m2 à Diass à la famille et un billet à la Mecque pour sa mère de même que l’immortalisation de l’artiste avec sa photo au niveau de l’aéroport.

Share

Author

Junior

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
Facebook