François Hollande renonce à se présenter à l’élection présidentielle

hollande

Le chef de l’État a mis fin au suspense et a annoncé ce jeudi soir qu’il renonçait à être candidat à sa propre succession en 2017. Un coup de théâtre.

Après des mois d’interrogations, François Hollande a décidé de ne pas se présenter à sa propre succession en 2017. Une annonce inédite dans l’histoire de la Ve République, qui ouvre le bal de sa succession à gauche  au terme d’un quinquennat marqué par une persistante impopularité.

« Je suis conscient des risques que ferait courir une démarche, la mienne, qui ne rassemblerait pas largement autour d’elle. Aussi, j’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle », a-t-il déclaré ce jeudi en direct depuis l’Élysée.

Le président de la République a précisé quelle serait sa mission d’ici le scrutin dont le premier tour se tiendra en avril prochain.

« Dans les mois qui viennent, mon seul devoir sera de continuer à diriger le pays, celui que vous m’avez confié en 2012 », ajoutant que ce qui compte, « c’est l’avenir du pays ».

À gauche, François Hollande a appelé à « un sursaut collectif qui engage tous les progressistes, qui doivent s’unir ». « Je ne veux pas que la France soit exposée à une aventure qui serait coûteuse », a-t-il déclaré.

François Hollande défend son bilan

Lors de son allocution qui a duré une dizaine de minutes, François Hollande a fait le bilan de son quinquennat, dont il « assume toute la responsabilité ». « Les comptes publics sont assainis, la Sécurité sociale est à l’équilibre et la dette du pays a été préservée », a plaidé le chef de l’État.

Il a ajouté avoir « fait avancer les libertés ». « Le mariage a été ouvert à tous les couples. L’égalité entre les femmes et les hommes a été renforcée », a-t-il estimé, indiquant avoir « conforté notre modèle social ». Le président a ainsi cité la retraite abaissée à 60 ans pour les longues carrières et l’instauration d’une mutuelle obligatoire pour les salariés.

Le président a également mentionné la signature de l’accord mondial sur le climat lors de la COP21 à Paris en décembre 2015 et « la transparence » qu’il a « imposée à tous les élus », y compris « à moi-même ».

Concernant la baisse du chômage, qui devait conditionner sa seconde candidature, le locataire de l’Élysée a déclaré:

« L’engagement majeur que j’ai pris devant vous était de faire baisser le chômage (…) Les résultats arrivent plus tard que je ne les avais annoncés, j’en conviens, mais ils sont là. Depuis le début de l’année, le chômage enfin diminue, mais il reste à un niveau encore trop élevé. »

« Je n’ai qu’un seul regret »

Il a avoué avoir un regret, celui d’avoir proposé la déchéance de la nationalité après les attentats de novembre 2015. François Hollande avait fini par abandonner cette mesure en mars dernier, largement critiquée à gauche.

« Je n’ai qu’un seul regret, a-t-il assuré, c’est d’avoir proposé la déchéance de nationalité, parce que je pensais qu’elle pouvait nous unir alors qu’elle nous a divisés. »

Par Céline Hussonnois-Alaya (BFMTV) avec AFP

Share

Author

Abdou TIMERA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
Facebook