«Après les primaires de la Droite et du Centre, un énorme défi est lancé à la Gauche», par M. Amadou Bal BA

mitterand

«Je crois pour demain, comme hier, à la victoire de la Gauche, à condition qu’elle reste elle-même. Qu’elle n’oublie pas que sa famille, c’est toute la Gauche. Hors du rassemblement populaire, il n’y a point de salut», nous avait dit François MITTERRAND qui nous manque, énormément. C’est la Gauche qui a invente en 2007 et 2011, le systeme des primairss. Cependant, il est indubitable que sur le plan de la participation, la Droite qui avait un culte du chef, une tradition bonapartiste de l’autocélébration, a réussi sa Primaire de 2016. Elle part unie aux présidentielles de 2017, avec un programme particulièrement dur pour les faibles et de nature à concurrencer, très sérieusement, le Front National, qui se croyait, jusqu’ici, aux portes du pouvoir, sur un plateau d’argent.

La campagne des présidentielles de 2017 sera violente. Au sein de la Droite, les rancoeurs seront tenaces, et en dépit des faux-semblants, la défaite de M. SARKOZY laissera un goût amer, notamment pour le contrôle du Parti des Républicains par les Fillionnistes et la caporalisation du Centre, devenu un marche-pied, pour les conservateurs. Par ailleurs, le 2ème tour de ces primaires a été féroce, notamment avec les attaques, dans les réseaux sociaux, par cette Droite dure Fillionniste, contre M. Alain JUPPE affublé du prénom musulman «Aly», pour avoir construit une mosquée dans sa ville. M. JUPPE est sorti de sa réserve et n’a pas hésité parler de campagne électorale «dégueulasse».

L’élimination du candidat SARKOZY est une nouvelle donne pour la gauche qui espérait affronter ce personnage dont les Français n’en voulaient plus. En effet, accordons-nous de le dire ces primaires de la Droite et du Centre indique est une victoire nette et sans bavure d’une Droite musclée, la plus conservatrice depuis MAC-MAHON, qu’on n’attendait pas. En effet, la sécurité sociale, symbole du pacte républicain depuis la Libération, sera démantelée et livrée à la médecine libérale et aux assurances privées. Avec cette montée des forces conservatrices, c’est la Droite, dans toute sa grande brutalité qui se présentera aux présidentielles de 2017. Il est indéniable que, pour cette Droite tatchérisée et lepénisée, les exclus sont des assistés et les Français issus de l’immigration, des indigènes de la République, nécessairement tous des délinquants potentiels, des fondamentalistes et des profiteurs de la protection sociale. Il faudrait, par conséquent, diminuer la dépense publique, réduire les allocations de chômage et le nombre de fonctionnaires, porter le temps de travail à 39 heures payées 35 heures. Ils veulent surtout réduire les impôts des riches. Mais quelqu’un devra payer ; à travers la TVA ce sont, en fait, les pauvres qui paieront pour les riches ! Ces coupes sombres dans le budget se traduiront, immanquablement, par un saccage des acquis sociaux, une destruction de la qualité du service public, et une plus grande souffrance pour les exclus. La Droite promet la retraite à 65 ans et de faciliter le licenciement ; il faudra également recruter des infirmières pour s’occuper des petits vieux qui vont contraints et forcés d’aller au boulot.

C’est une Droite traditionnaliste, ultra-conservatrice sur les questions de société qui propose, notamment de durcir ou interdire le droit au regroupement familial, de rétablir le contrôle aux frontières. Dans leur programme, ils proposent de construire encore des places en prison pour nos enfants, ravalés au rang d’indigènes de la République. M. FILLON comme Donald TRUMP souhaite renforcer la relation avec la Russie tsariste de POUTINE, alliée des dictatures musclées comme la Syrie.

Du même coup, cette primaire de la Droite lepénisée et arrogante pose de nombreuses questions à la Gauche divisée et un manque de leadership, ou du moins d’un programme mobilisateur. En effet, le peuple de Droite a clairement indiqué sa volonté de violenter les plus faibles et de stigmatiser les Français issus de l’immigration. En revanche, la Gauche tâtonne encore. S’il est clair maintenant, M. Jean-Luc MELENCHON sera soutenu par les Communistes, doit-il se présenter à la primaire de toute la Gauche ? ll est maintenant en position de force face à une Droite dure. Va-t-il rester dans l’isolement, au risque d’annihiler toute chance de la Gauche ? Son hommage appuyé à la Fidèle CASTRO pourrait être un boulet pour lui.

Qu’en est-il de la Gauche non-communiste ?

La Gauche, divisée plus que jamais, devrait saisir cette donnée pour rebondir. En effet, nous sommes en face d’un dilemme, un casse-tête chinois : si M. HOLLANDE se présentait, toutes les tendances, même si on n’est plus sûr de rien, indiquent qu’il pourrait connaître la défaite et le déshonneur, comme M. SARKOZY. S’il renonçait à se présenter, les appétits et les divisions de la gauche non-communistes, vont s’aiguiser.

Dans tous les cas, le camp de la Gauche réformiste, sous la houlette de M. Manuel VALLS, premier ministre, se prépare pour la relève : «Je prendrai ma décision en conscience» dit le Premier Ministre, dans le JDD du 27 novembre 2017. Il guette l’occasion pour « tuer le père ». Cette «Deuxième gauche» dont parlait Michel ROCARD (voir mon post sur ROCARD), pourrait rassembler l’électorat de M. JUPPE, de M. François BAYROU, et de M. Emmanuel MACRON. Je rappelle qu’en 2007, Ségolène s’était rendue sous la fenêtre de M. BAYROU. Ce camp centriste peut être crédible face à une Droite particulièrement dure et un Front National discret, mais qui ne cesse savourer la victoire de ses idées bien au-delà de son camp.

Dans ce pugilat et ce champ de ruines qui s’annoncent, la Gauche devrait se reconstruire et se recomposer ou sombrer pendant quelques années dans un sommeil profond.

Je suis persuadé, après les élections législatives, suite aux congrès de Tours en 1920 et d’Epinay-sur-Seine en 1971, il faudrait un autre congrès du Parti Socialiste, sur sa ligne politique devenue illisible et inaudible. Car, là est tout le problème : qu’est-ce socialiste à notre époque, s’il s’agissait seulement d’appliquer les politiques libérales ? Pour ma part, notre identité est brouillée ; il faudrait clarifier notre ligne politique. Ceux qui n’ont rien à voir avec le Socialisme devraient rejoindre le Centre qui est en ce moment le ventre mou de la Droite.

Face à ces graves interrogations, je mets à rêver à haute voix. Il est vrai que je ne cesserai jamais de rêver, jusqu’au dernier souffle, face à cette «débâcle qui vient», en référence à un ouvrage prémonitoire de M. Laurent MAUDUIT, (voir mon post). En effet, rien n’empêche, dans ce risque de naufrage de la Gauche, qu’une personnalité incontestable émerge, subitement, du lot et mette tout le monde d’accord. Mmes Christiane TAUBIRA, Ségolène ROYAL et Anne HIDALGO observent un mutisme. Robert BADINTER est une autorité morale incontestable. Mme Martine AUBRY a-telle encore une carte à jouer ? Et pourquoi M. Lionel JOSPIN ne démissionnerait-il pas du Constitutionnel ? Ce serait une bonne occasion de laver l’affront de 2002 et de redonner espoir et espérance.

J’irai allumer un cierge à ma belle église de Jourdain. Un miracle pourrait se produire. « Je crois aux forces de l’esprit » en référence à une expression d’un extraordinaire dirigeant, François MITTERRAND.

Vive la France républicaine, citoyenne et fraternelle et pour un bien-vivre ensemble !

Paris, le 27 novembre 2016 par M. Amadou Bal BA – http://baamadou.over-blog.fr/

Share

Author

Saggo

Journaliste de formation et pratiquant depuis 1996... Libre penseur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
Facebook