HOMMAGE

Mam Mbalka

« J’ai perdu pendant ce mois d’avril 2016 deux personnes qui me sont chères :

M. Niane

  1. Monsieur Oumar El Foutiyou NIANE, le premier enseignant qui a ouvert l’école primaire de Danthiady en  janvier 1961. Le Fouta de  l’époque était hostile à l’école française considérée comme lieu de formation des mécréants et autres déracinés comme le personnage de Samba Diallo dans l’aventure ambiguë de Cheikh Hamidou Kane.

Il a résisté aux menaces de toutes sortes, même de «maraboutages » !
Il a  dû porter plainte contre mon propre père qui  m avait retenu et confié à un marabout pour l’apprentissage du Coran afin que je retourne en classe. Le destin a voulu que l’enfant destiné à devenir un érudit de l’islam devienne un universitaire et ministre de l’éducation nationale de cette « Ecole française ». Si cette école de Danthiady a produit aujourd’hui une dizaine de professeurs d’universités, des avocats, médecins, journaliste, Inspecteurs, ingénieurs, enseignants de toutes catégories, de toutes spécialités, entrepreneurs , ouvriers, agents et travailleurs dans l’informel, etc ( ce qui vaut au village le nom de Quartier latin du Nguénar), c’est grâce à  la ténacité et à la pugnacité de ce vétéran.
D’une classe unique, l’école est passée à 6 puis 12 classes, ensuite le village a enregistré 2 écoles primaires, une maternelle, un collège et un lycée à cette 56eme célébration de notre indépendance correspondant au 56eme anniversaire de notre école.
Rendons hommage à ce grand maître et à tous ces vaillants bâtisseurs successifs de notre école.

  1. El hadj Mamadou Moussa Ndiaye dit Mamadou Balkel Ndiaye

Mam MbalkaDigne fils de Danthiady, Il fut un célèbre champion de la lutte traditionnelle de notre zone à la fin des années 1960, Président de la jeunesse de Danthiady à la fin des années 1970, grand éleveur (on ne saurait compter le nombre de bœufs qu’il a offerts pour mosquées, forages, manifestations diverses au profit de la communauté) ; il fut aussi maître-maçon, entrepreneur, 1er vice Président de la communauté rurale de Ogo, de 2009 à 2014. Il entra en politique en cette année mythique du Sopi en 1988 où pour la première fois, un parti-État au pouvoir fut battu à Danthiady. Depuis lors, avec moi qu’il porta sur les épaules, il n a jamais connu de défaite électorale dans ce centre de vote jusqu’au référendum du 20 mars 2016.

L’introduction  du bulletin de vote dans l’urne en faveur du OUI fut son dernier acte public avant d’être frappé par un AVC qui le terrassa à jamais.

Je prie Dieu dans Son immense et infinie Miséricorde de les accueillir au meilleur de Son paradis.

Puissent leurs enfants, leurs descendants perpétuer les valeurs qu’ils ont toujours incarnées jusqu’au dernier souffle ».

Kalidou DIALLO, Ancien Ministre de l’Education, Enseignant au Département d’Histoire (FLSH/UCAD)

Share

Author

Saggo

Journaliste de formation et pratiquant depuis 1996... Libre penseur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share
Facebook